Les 5 meilleurs livres de Fiodor Dostoïevski

Les 5 meilleurs livres de Fiodor Dostoïevski

Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski est un écrivain russe, né à Moscou le 30 octobre 1821 et mort à Saint-Pétersbourg le 28 janvier 1881. Considéré comme l’un des plus grands romanciers russes, il a influencé de nombreux écrivains et philosophes.


1. Crime et Châtiment

Crime et Châtiment (Fiodor Dostoïevski)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Seul l’être capable d’indépendance spirituelle est digne des grandes entreprises. Tel Napoléon qui n’hésita pas à ouvrir le feu sur une foule désarmée, Raskolnikov, qui admire le grand homme, se place au-dessus du commun des mortels. Les considérations théoriques qui le poussent à tuer une vieille usurière cohabitent en s’opposant dans l’esprit du héros et constituent l’essence même du roman.

Pour Raskolnikov, le crime qu’il va commettre n’est que justice envers les hommes en général et les pauvres qui se sont fait abusés en particulier. « Nous acceptons d’être criminels pour que la terre se couvre enfin d’innocents », écrira Albert Camus.

Mais cet idéal d’humanité s’accorde mal avec la conscience de supériorité qui anime le héros, en qualité de « surhomme », il se situe au-delà du bien et du mal. Fomenté avec un sang-froid mêlé de mysticisme, le meurtre tourne pourtant à l’échec.

Le maigre butin ne peut satisfaire son idéal de justice, tandis que le crime loin de l’élever de la masse, l’abaisse parmi les hommes. Raskolnikov finira par se rendre et accepter la condamnation, par-là même, il accédera à la purification.

Crime et Châtiment est le roman de la déchéance humaine, l’œuvre essentielle du maître de la littérature russe.


2. L’Idiot

L'Idiot (Fiodor Dostoïevski)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le prince Muichkine arrive à Saint-Pétersbourg. Idiot de naissance parce qu’incapable d’agir, il est infiniment bon.

Projeté dans un monde cupide, arriviste et passionnel, il l’illumine de son regard. Par sa générosité, tel le Christ, Léon Nicolaïevitch révélera le meilleur enfoui en chacun.

La trop belle Anastasia, achetée cent mille roubles, retrouve la pureté, Gania Yvolguine le sens de l’honneur, et le sanglant Rogojine goûte, un instant, la fraternité. Dostoïevski voulait représenter l’homme positivement bon. Mais que peut-il face aux vices de la société, face à la passion ?

Récit admirablement composé, riche en rebondissements extraordinaires, L’Idiot est à l’image de la Sainte Russie, vibrant et démesuré. Manifeste politique et credo de l’auteur, son œuvre a été et restera un livre phare, car son héros est l’homme tendu vers le bien mais harcelé par le mal.


3. Les frères Karamazov

Les frères Karamazov (Fiodor Dostoïevski)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Dernier grand roman de F. M. Dostoïevski (1821-1881) Les Frères Karamazov paraissent en revue de 1879 à 1880 dans Le Messager russe. À mesure des livraisons, le succès va grandissant, renforcé par les lectures qu’en donne l’écrivain aux soirées littéraires du moins dans le public car la presse réagit en fonction de ses convictions démocrates ou conservatrices.

Les attentats terroristes se multiplient, les pendaisons aussi. L’empereur Alexandre II est déjà condamné par le Comité exécutif des révolutionnaires de Terre et Liberté. L’œuvre racontait la mise à mort du père, la rébellion sanglante des fils, et tentait de les conjurer. Elle venait à point nommé.


4. Le Joueur

Le Joueur (Fiodor Dostoïevski)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le jeu brûle tout. Il est la passion. Il est le rêve. L’enfer et la démesure. Le révélateur des abîmes de l’âme et l’ignoble concentré de la comédie bourgeoise. Il est l’argent !

Autour de ses tapis, le général déchu se fait l’esclave du marquis et attend le décès de la richissime Baboulinka, sa tante. Hypothèques… Héritages…

Intrigues… Corruption morale sur fond de bonnes manières. Qui donc résistera à ce tourbillon de folie ?

Dans ce désordre furieux, Alexis succombe à son tour au cancer du jeu. Le jeune précepteur veut séduire l’intraitable Pauline, belle-fille de son employeur. Il est pauvre et doit devenir riche. Il veut surprendre et se tuerait pour ça.

Sur Roulettenbourg, ville d’eau paisible, souffle le vent du gâchis. Une tempête frénétique emportant les derniers fétus d’une vieille Europe en lambeaux…


5. Les Possédés

Les Possédés (Fiodor Dostoïevski)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« Est-il possible de croire ? Sérieusement et effectivement ? Tout est là. » Stavroguine envoûte tous ceux qui l’approchent, hommes ou femmes. Il ne trouve de limite à son immense orgueil que dans l’existence de Dieu. Il la nie et tombe dans l’absurdité de la liberté pour un homme seul et sans raison d’être.

Tous les personnages de ce grand roman sont possédés par un démon, le socialisme athée, le nihilisme révolutionnaire ou la superstition religieuse. Ignorant les limites de notre condition, ces idéologies sont incapables de rendre compte de l’homme et de la société et appellent un terrorisme destructeur.

Sombre tragédie d’amour et de mort, Les Possédés sont l’incarnation géniale des doutes et des angoisses de Dostoïevski sur l’avenir de l’homme et de la Russie. Dès 1870, il avait pressenti les dangers du totalitarisme au XXè siècle.

error: Contenu protégé