Les 5 meilleurs livres de J. D. Salinger

Les 5 meilleurs livres de J. D. Salinger

J. D. Salinger, nom de plume de Jerome David Salinger né le 1ᵉʳ janvier 1919 à New York et mort le 27 janvier 2010 à Cornish dans le New Hampshire aux États-Unis, est un écrivain américain.


1. L’attrape-cœurs

L’attrape-cœurs (J. D. Salinger)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Phénomène littéraire sans équivalent depuis les années 50, J. D. Salinger reste le plus mystérieux des écrivains contemporains, et son chef-d’œuvre, « L’attrape-cœurs », roman de l’adolescence le plus lu du monde entier, est l’histoire d’une fugue, celle d’un garçon de la bourgeoisie new-yorkaise chassé de son collège trois jours avant Noël, qui n’ose pas rentrer chez lui et affronter ses parents.

Trois jours de vagabondage et d’aventures cocasses, sordides ou émouvantes, d’incertitude et d’anxiété, à la recherche de soi-même et des autres. L’histoire éternelle d’un gosse perdu qui cherche des raisons de vivre dans un monde hostile et corrompu.


2. Nouvelles

Nouvelles (J. D. Salinger)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

 » Il y avait à l’hôtel quatre-vingt-dix-sept publicistes de New York. Comme ils monopolisaient les lignes interurbaines, la jeune femme du 507 dut patienter de midi à deux heures et demie pour avoir sa communication. Elle ne resta pas pour autant à ne rien faire. Elle lut un article d’une revue féminine de poche intitulée « Le sexe, c’est le paradis ou l’enfer ».

Elle lava son peigne et sa brosse. Elle enleva une tache sur la jupe de son tailleur beige. Elle déplaça le bouton de sa blouse de chez Saks. Elle fit disparaître deux poils qui venaient de repousser sur son grain de beauté. Lorsque enfin le standard l’appela, elle était assise sur le rebord de la fenêtre et finissait de vernir les ongles de sa main gauche. »


3. Franny et Zooey

Franny et Zooey (J. D. Salinger)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Initialement publié dans le New Yorker en deux livraisons distinctes, « Franny » en 1955 et « Zooey » en 1957, puis réunis en volume en 1961, Franny et Zooey s’attache aux deux plus jeunes des enfants Glass, tous connus pour leur précocité intellectuelle.

Dans la première courte nouvelle, Franny la benjamine passe le week-end avec son petit ami, Lane Coutell. Alors qu’ils sont en train de déjeuner et que Lane tente d’impressionner Franny avec son travail universitaire, celle-ci est victime d’un malaise, qui se révèle de nature spirituelle : comme antidote à la superficialité et à l’égocentrisme ambiants, la jeune femme s’était mis en tête de suivre les enseignements d’un petit livre mystique prônant la prière perpétuelle. Affaiblie par cette pratique, elle avait peu à peu sombré dans une dépression profonde.

Le second texte suit Franny à son retour dans l’appartement familial de l’Upper East Side à Manhattan, deux jours après son malaise. Zooey, le plus jeune garçon de la famille, et Bessie, leur mère, s’inquiètent de l’état dans lequel ils trouvent Franny. Inspiré par quelques citations philosophiques de Seymour et par une lettre de Buddy – les deux imposants frères aînés, véritables monstres sacrés de la famille Glass -, Zooey va tenter d’aider Franny à dépasser sa dépression et à trouver sa voie vers l’illumination.


4. Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers

Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers (J. D. Salinger)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

«Les deux longs récits qui forment la matière de ce livre ont paru en première publication dans le New Yorker : Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers, en 1955, et Seymour, une introduction, en 1959.

Quels que soient leurs différences d’esprit ou leur effet sur le lecteur, ils ont tous deux pour centre Seymour Glass, qui est le héros de ma fresque encore inachevée sur la famille Glass. J’ai pensé qu’il valait mieux les grouper, pour ne pas dire : les accoler volontairement, à la hâte, si du moins je tenais à leur éviter un contact bien trop proche ou anormal avec la suite de la fresque. […]

Chose étrange, les joies et les satisfactions que m’apporte mon travail sur la famille Glass augmentent et s’approfondissent singulièrement avec les années. Cependant, je ne saurais proposer à cela d’explication raisonnée. Aucune, en tout cas, hors du cercle enchante de ma propre fiction.»


5. Un jour rêvé pour le poisson banane

Un jour rêvé pour le poisson banane (J. D. Salinger)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

La première nouvelle « Un jour rêvé pour le poisson banane » convainc par le suspens et la chute. Mais sur l’ensemble de neuf nouvelles de ce recueil, je n’en ai aimé que deux. Maigre bilan.

Par exemple « Juste avant la guerre avec les Esquimaux » : d’accord, le titre est une trouvaille. Et après ? Quatre adolescents, des dialogues ; je ne vois pas où l’auteur veut en venir, ça sent le meublage.

Le thème de l’enfance est de nouveau présent. Le héros est parfois un gamin narquois qui mène son interlocuteur par le bout du nez.

« — Je serais extrêmement flattée si vous vouliez écrire, un jour, une histoire rien que pour moi. Je dévore les livres. [ dit Esmé, une fille de treize ans] Ca n’a pas besoin d’être terriblement long ! Du moment que ce n’est ni bête, ni puéril.

Elle réfléchit. Ce que je préfère, c’est les histoires sur l’abjection.

— Sur quoi ?
— L’abjection. Je suis extrêmement intéressée par l’abjection. »

Avec le souvenir du livre culte « L’attrape-cœurs », j’attendais mieux.

C’est peut-être comme la lecture du « K » de Buzzatti, après avoir découvert « Le désert des Tartares ».

error: Contenu protégé