Les 5 meilleurs livres sur la bête du Gévaudan

Les 5 meilleurs livres sur la bête du Gévaudan

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur la bête du Gévaudan.


1. La Bête du Gévaudan et autres histoires vraies (Jean-Claude Bourret)

La Bête du Gévaudan – Les grands dossiers de la France mystérieuse Jean Claude Bourret

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Sous le règne de Louis XV, de 1764 à 1767, une créature monstrueuse sème la terreur dans le Gévaudan, tuant 52 personnes. Une bête, certes, mais que nul n’avait jamais vue. S’agit-il d’un loup ? D’un monstre ? Ou bien d’un homme ? Le mystère demeure…

À Paris, au XIXe siècle, on dit voir une silhouette rôder dans les cimetières, s’acharner sur les morts – et surtout les mortes. Crimes de sorcellerie ou pervers sexuel ? En 1977, à Uruffe, commune de Lorraine, une femme est retrouvée calcinée dans son appartement, qui pourtant demeure intact. Comment est-ce possible ?

La Bête du Gévaudan, les possédées de Loudun, le vampire de Montparnasse, les fantômes du Trianon et les combustions spontanées d’Uruffe : les faits ne sont pas toujours ce qu’ils paraissent être.

Jean-Claude Bourret nous invite à un voyage à travers le temps – et à travers la raison – pour réexaminer des affaires encore mystérieuses qui demeurent à ce jour des énigmes scientifiques.

À propos de l’auteur

Journaliste et reporter, fondateur du Press Club de France, présentateur du journal télévisé sur FR3, TFI, La Cinq, ainsi que des journaux radio sur RMC et France Inter, Jean-Claude Bourret a toujours gardé un esprit ouvert face à l’extraordinaire, qu’il raconte ici avec précision et passion.


2. La Bête du Gévaudan (Éric Mazel)

La bête du Gevaudan Eric Mazel

Disponible sur Amazon

L’affaire de la Bête du Gévaudan a fait couler beaucoup de sang, et encore plus d’encre : des dizaines d’ouvrages, des milliers d’articles, des romans, des documentaires et des films y ont été consacrés.

Des dizaines d’historiens, des centaines de chercheurs, des journalistes, des biologistes, des zoologues, des criminologues, ont tenté de percer le mystère de la Bête et des événements qui bouleversèrent l’ancien diocèse du Gévaudan d’avril 1764 à juin 1767.

Cette énigme a profondément marqué cette région : Affaire criminelle ? Mystère zoologique ? Banales attaques de loups ? Les hypothèses sont nombreuses, les explications souvent farfelues. Reste la matérialité des faits, attestée par de nombreux documents administratifs, historiques, journalistiques, juridiques ; certains découverts tardivement, ainsi le rapport d’autopsie de la bête tuée par Jean Chastel en juin 1767 : le rapport Marin – du nom du notaire qui consigna ladite autopsie – ne fut retrouvé qu’en 1958 dans les archives du Ministère de l’Agriculture, section  » destruction des animaux nuisibles « , ça ne s’invente pas !

L’abondance des documents réunis par Eric Mazel prouve encore – si besoin était – combien ce fait divers a imprimé sa trace dans la mémoire collective du Gévaudan : statues, stèles, panneaux, ferronneries, musées, parcs animaliers et même une aire d’autoroute(!) à son effigie parsèment à profusion la Lozère et le sud de la Haute-Loire, c’est-à-dire l’ancien diocèse du Gévaudan : on dit que l’ombre de la Bête y rode toujours…

À propos de l’auteur

Eric Mazel est membre du groupe de rap IAM. Pierre-Yves Garcin, historien de formation, a travaillé dans l’industrie du disque.


3. La Bête du Gévaudan – Véritable fléau de Dieu (Abbé Pourcher)

Histoire de la Bête du Gévaudan – Véritable fléau de Dieu Abbé Pourcher

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Entre 1764 et 1767, dans l’ancienne province du Gévaudan, une bête mystérieuse sème la terreur, massacrant plus d’une centaine de femmes, d’enfants et d’adolescents. La «Bête féroce» déjoue tous les pièges. Les paysans s’organisent, le roi promet les honneurs à qui saura la détruire, les puissants rivalisent pour y parvenir.

Rien n’y fait jusqu’à ce que, à force de ruse, le chasseur Jean Chastel abatte le monstre. La bête, en état de putréfaction, est montrée au roi qui, épouvanté par sa puanteur, ordonne qu’elle soit enterrée sans être examinée. Depuis, le mystère reste entier.

Qu’était réellement «la Bête» ? Une famille de loups carnassiers, un animal féroce venu d’une région éloignée d’Europe, ou encore le fruit d’un croisement de loup et de chien, dressé et manipulé par un pervers ? Une foison de livres a été publiée, proposant les théories les plus fantastiques.

Celui que l’abbé Pourcher écrit et édite en 1889 est le plus ancien. C’est aussi le plus complet. Introuvable depuis plusieurs années, il est considéré par les spécialistes et tous les «mordus de la bête» comme l’ouvrage incontournable sur la question. Pourcher a rassemblé tous les documents d’époque relatifs à l’affaire.

À travers les pièces qu’il exhume, nous revivons l’épopée sanglante : les attaques de la Bête, les témoignages de ceux qui l’ont vue, les actions héroïques entreprises contre elle (mais aussi les bassesses de ceux qui ne recherchent que les honneurs), les chasses menées par les dragons du roi et les chasseurs venus de partout. On devine aussi la place terrible que prend le monstre dans l’imaginaire des habitants du Gévaudan.

À propos de l’auteur

L’abbé Pourcher (1831-1915), curé du village de Saint-Martin-de-Boubaux dans les Cévennes, a imprimé la première édition de son livre en 1889, utilisant une presse qu’il avait acquise et des caractères d’imprimerie qu’il taillait lui-même dans du buis.


4. Gévaudan – Petites histoires de la grande bête (Benoît Baud)

Gévaudan – Petites histoires de la grande bête Benoît Baud

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« Lorsque Charles Perrault publia « Le petit Chaperon Rouge » en 1697, il était sans doute loin de se douter que son conte trouverait une forme de réalité près de 70 ans plus tard dans des attaques cruelles et féroces perpétrées par une bête insaisissable dans le Gévaudan entre 1764 et 1767.

Les auteurs de « Gévaudan – petites histoires de la grande bête » sont tous deux spécialistes de cette tragédie et nous livrent ici une œuvre singulière en choisissant de faire le récit du côté des victimes. Ils réalisent une enquête très complète et documentée sur les circonstances des attaques effroyables dont furent victimes les habitants de la région obligés de s’armer pour tenter de faire face et de se protéger maladroitement.

Cet ouvrage est une sorte d’hommage à tous les enfants, femmes et hommes sauvagement mordus, voire tués par le monstre. On peut suivre son parcours sur le vaste territoire équivalent à l’actuel département de la Lozère et comprendre comment la Bête déjoua toutes les battues mises en œuvre pour faire cesser ses actions.

Cet ouvrage vous donnera peut-être envie d’aller sur place pour suivre les traces encore vivaces du passage de la Bête en chantant dans les bois « Loup y es-tu, que fais-tu ? »

À propos de l’auteur

Alain Bonet effectue des recherches sur la Bête du Gévaudan depuis 2001. Il a mis en ligne « chronodoc », la plus importante documentation sur l’affaire en accès libre, utilisée par de nombreux chercheurs et auteurs.

Benoît Baud’huin, vétérinaire et connaisseur de la chasse, a effectué l’essentiel des recherches nouvelles en Gévaudan et dans les archives, et a eu la chance de découvrir des témoignages pas ou peu connus.


5. La dévoreuse – Le Gévaudan sous le signe de la Bête, 1764-1767 (Pierric Guittaut)

La dévoreuse – Le Gévaudan sous le signe de la Bête 1764 1767 Pierric Guittaut

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

La Bête du Gévaudan n’est pas un mythe, et ses nombreuses victimes réclament mieux que le mauvais thriller auquel beaucoup la cantonnent. C’est en partant de ce constat que Pierric Guittaut s’est lancé à sa poursuite il y a dix ans.

Romancier remarqué pour ses polars ruraux, Pierric Guittaut est aussi chasseur et tireur à poudre noire, passionné d’histoire. Après plusieurs séjours en Margeride, l’auteur nous livre l’enquête la plus complète jamais réalisée sur le sujet : analyse intégrale du fonds d’archives, reconstitutions de tirs, comparaisons anatomiques. Tous les suspects sont passés en revue.

Bousculant les idées préconçues, les conclusions de cette investigation sont inédites et nous permettent de nous réapproprier un pan entier de notre histoire rurale tombée dans l’oubli.

En franchissant les frontières, le lecteur se retrouvera même lancé sur les traces d’un authentique spécimen de la Bête du Gévaudan, qui attendait depuis plusieurs décennies dans la discrétion d’un musée de la Nature qu’on (re)découvre son illustre filiation. 250 ans après la fin de l’affaire de la Bête du Gévaudan,

Pierric Guittaut nous livre enfin les clefs pour comprendre cette énigme qui n’en était pas une…

À propos de l’auteur

Pierric Guittaut, marié et père de deux enfants, vit en Sologne berrichonne. Il y travaille en tant que qualiticien aéronautique dans l’industrie mécanique et partage ses loisirs entre la lecture, la chasse, le tir, le bricolage et l’écriture.

error: Contenu protégé