Les 5 meilleurs livres sur l'anthropologie

Les 5 meilleurs livres sur l’anthropologie

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur l’anthropologie.


1. Sapiens – Une brève histoire de l’humanité (Yuval Noah Harari)

Sapiens - Une brève histoire de l'humanité (Yuval Noah Harari)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d’hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.

Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l’homme ? À dépendre de l’argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?

Véritable phénomène d’édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d’Histoire à l’Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l’Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l’humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage… et notre futur.

À propos de l’auteur

Yuval Noah Harari, né le 24 février 1976 à Kiryat Ata, est un historien et professeur d’histoire israélien. Professeur à l’université hébraïque de Jérusalem, il est l’auteur du best-seller international Sapiens : Une brève histoire de l’humanité et de sa suite Homo Deus : Une brève histoire de l’avenir.


2. Peuples et cultures – Une introduction à l’anthropologie sociale et culturelle (William A. Haviland, Louis Roy, Nadine Trudeau, Christiane Mignault)

Peuples et cultures - Une introduction à l'anthropologie sociale et culturelle (William A. Haviland, Louis Roy, Nadine Trudeau, Christiane Mignault)

Disponible sur Amazon

Claire et abondamment illustrée, cette nouvelle édition propose un portrait stimulant de l’anthropologie sociale et culturelle, en montrant bien ses découvertes, sa pertinence et l’importance toujours actuelle des questions de survie culturelle.

Dans cette deuxième édition, revue et corrigée en profondeur, quelques chapitres ont été fusionnés ou scindés, et un nouveau chapitre sur la condition féminine et les rapports de genre a été rédigé. A des fins pédagogiques, des encadrés ont également été écrits par des anthropologues québécois, principalement issus du milieu collégial.

Cette introduction vise deux grands objectifs : d’une part, donner un aperçu des principes et des méthodes propres à l’anthropologie sociale et culturelle, d’autre part, stimuler la sensibilité culturelle des étudiants afin d’éloigner tout réflexe ethnocentrique.

Enfin, l’ouvrage veut amener les étudiants à développer leur capacité de porter un regard critique et faciliter leur réflexion tant abstraite que concrète.

À propos de l’auteur

William A Haviland est anthropologue de formation et diplômé de l’Université de Pennsylvanie. Il est professeur émérite à l’Université du Vermont et a publié de nombreuses recherches en anthropologie, archéologique, ethnologique et physique qu’il a effectuées au Guatemala et dans les Etats du Maine et du Vermont. De plus, il a participé à quelques autres publications destinées aux étudiants en anthropologie.

Louis Roy est ethnologue de formation et diplômé de l’Université de Montréal. Il enseigne au Collège Edouard-Montpetit depuis 1993. Depuis une vingtaine d’années, il travaille à des recherches sur le Québec rural. Après avoir étudié l’agriculture dans les Cantons-de-l’Est (Brigham) et la parenté dans Charlevoix (Petite-Rivière-Saint-François), il s’intéresse depuis plus de 10 ans à la migration des citadins vers la campagne et au phénomène de la néoruralité dans le Haut-Saint-Laurent (Havelock).

Il a publié des articles dans Anthropologie et Sociétés, Canadian Geographer, Canadian Historical Review et Recherches sociographiques. Dans le cadre de ses fonctions d’enseignant, il a aussi réalisé, avec des étudiants du projet Sirius des stages d’initiation à la coopération internationale au Honduras et au Sénégal.

Nadine Trudeau est ethnologue de formation et diplômée de l’Université de Montréal. Ses études l’ont amenée à s’intéresser à la situation des femmes dans un village autochtone du Mexique. Son parcours professionnel est partagé entre l’enseignement et la recherche. Pendant 10 ans, elle a travaillé avec différentes équipes de recherche (notamment au sein de l’INRS) où elle a collaboré à différentes études sur les Autochtones du Québec, ponctuées de séjours sur le terrain auprès des Montagnais, des Algonquins, des Inuits et des Naskapis.

Nadine Trudeau enseigne au Cégep du Vieux-Montréal depuis 1994 où elle participe au programme Optimonde, qui inclut un stage dans un pays d’Amérique centrale. Elle a ainsi supervisé des stages étudiants dans des communautés autochtones du Mexique, du Guatemala et de l’Equateur. De 2000 à 2007, elle a enseigné également à des étudiants inuits au Cégep Marie-Victorin.

Christiane Mignault enseigne au département d’anthropologie du Collège Edouard-Montpetit depuis 1988. Elle a une formation universitaire de premier et de deuxième cycles en psychologie comparée. Dans le cadre de sa maîtrise, elle a travaillé sur le développement cognitif de jeunes chimpanzés. Par la suite, elle a continué des études au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal.

Ses recherches l’ont amenée à se pencher sur le comportement sexuel des femelles chez les macaques japonais. Elle donne actuellement des cours sur l’évolution et l’histoire de la lignée humaine. En 2008, elle a publié, avec Jean-Marc Forget, le livre L’espèce humaine : un regard évolutif sur nos origines.


3. Une histoire de l’anthropologie – Ecoles, auteurs (Robert Deliège)

Une histoire de l'anthropologie - Ecoles, auteurs (Robert Deliège)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Qu’est-ce que le diffusionnisme ? De quoi parlent Les Argonautes du Pacifique occidental ? Quelle est l’originalité de l’approche d’Evans-Pritchard ?

De l’évolutionnisme qui a marqué les premiers pas de la discipline au XIXe siècle à la critique postmoderne qui en questionne aujourd’hui radicalement les fondements, cet ouvrage parcourt les grands courants de pensée qui ont marqué le développement de l’anthropologie.

Il réinscrit les écoles, les auteurs et les œuvres dans le contexte politique, culturel et social qui les a vus naître et souligne l’influence qu’ils ont exercée sur leur époque.

En montrant la richesse et les écueils des réponses apportées par ces différentes approches aux questions fondamentales que pose l’étude des sociétés humaines, ce livre dresse l’état des lieux de ses enjeux contemporains.

À propos de l’auteur

Robert Deliège : docteur en ethnologie (Oxford), professeur à l’université de Louvain-la-Neuve et professeur associé à l’université de Lille 3-Charles de Gaulle, il est notamment l’auteur de Le Système des castes (PUF, 1993) et Anthropologie de la famille et de la parenté (Armand Collin, 2011).


4. Au fondement des sociétés humaines – Ce que nous apprend l’anthropologie (Maurice Godelier)

Au fondement des sociétés humaines - Ce que nous apprend l'anthropologie (Maurice Godelier)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Au fondement des sociétés humaines, il y a du sacré. Autant le savoir, et apprendre le secret de fabrique de ce qu’en Occident on appelle le  » politico-religieux « , en ces temps où le lien social se distend, où la logique communautariste et identitaire semble l’emporter sur ce qui rassemble.

Ce livre est le fruit de quarante années de recherches menées par l’anthropologue français le plus discuté à l’étranger après Claude Lévi-Strauss, et dont le parcours a été marqué par quatre étapes majeures sur le chemin de cette conclusion fondamentale, chacune d’elles faisant ici l’objet d’un chapitre : il est des choses que l’on donne, des choses que l’on vend, et d’autres qu’il ne faut ni vendre ni donner mais garder pour les transmettre; nulle société n’a jamais été fondée sur la famille ou la parenté ; il faut toujours plus qu’un homme et une femme pour faire un enfant; la sexualité humaine est fondamentalement a-sociale.

Sans jamais cesser de s’interroger sur l’histoire, les méthodes et le sens de l’anthropologie, Maurice Godelier livre ici un ouvrage de référence, qui vaut introduction à l’ensemble de son œuvre.

À propos de l’auteur

Directeur d’études à l’EHESS, Maurice Godelier est l’une des figures majeures de l’anthropologie française. Il est notamment l’auteur de « La Production des grands hommes », « L’Idéel et le matériel », « L’Enigme du don » et « Métamorphoses de la parenté », tous disponibles dans la collection « Champs ».


5. Introduction à l’ethnologie et à l’anthropologie – Domaines et approches (Jean Copans)

Introduction à l'ethnologie et à l'anthropologie - Domaines et approches (Jean Copans)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

L’ethnologie et l’anthropologie constituent deux moments ou deux formes (selon les traditions françaises ou anglo-saxonnes) d’une même démarche. Imaginée au XVIIIe siècle, construite progressivement au XIXe autour de la notion de « primitif », l’ethnologie devient pleinement autonome au XXe siècle grâce à l’enquête de terrain, à l’observation participante et à des théories à visée comparatiste (culturalisme, fonctionnalisme, structuralisme).

L’anthropologie finit par en universaliser la portée en intégrant à son approche aussi bien le changement social que les cultures modernes et occidentales. Ces disciplines analysent l’ensemble des activités sociales et culturelles (dont les nôtres) et critiquent aujourd’hui les perspectives valorisant le primitivisme ou le folklore.

Cette 3e édition évoque les nouvelles thématiques et réflexions suscitées depuis dix ans par la mondialisation de ces disciplines.

À propos de l’auteur

Professeur émérite de sociologie à l’Université Paris-Descartes et anthropologue spécialiste des sociétés africaines.

error: Contenu protégé