Les 5 meilleurs livres de Voltaire

Les 5 meilleurs livres de Voltaire

François-Marie Arouet, dit Voltaire, né le 21 novembre 1694 à Paris et mort dans la même ville le 30 mai 1778, est un écrivain et philosophe français qui a marqué le XVIIIᵉ siècle.


1. Candide

Candide Voltaire

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Comme disait parfois son précepteur Pangloss, si Candide n’avait pas été chassé d’un beau château à grands coups de pied au derrière pour l’amour de mademoiselle Cunégonde, s’il n’avait pas connu le tremblement de terre de Lisbonne, l’Inquisition, le Paraguay et l’Eldorado, il ne serait pas là, dans sa petite métairie pleine d’orangers, à manger des pistaches et à cultiver son jardin.

Les voyages et les aventures de Candide à la poursuite de la sagesse et du bonheur donnent le vertige. Comment garder son optimisme quand on va d’horreurs en catastrophes ? Voltaire ne croit ni au Bien ni à la Providence. Partout dans le monde, les hommes sont fanatiques, méchants, belliqueux. Candide doit apprendre la tolérance, les bienfaits du travail, l’art de vivre en paix avec soi et avec les autres. Et l’amour de la liberté.

On sait tout de Candide, sauf une chose : quel rapport l’auteur avait-il avec ses personnages ? Les a-t-il imaginés ou connus ? A-t-il partagé certaines de leurs aventures ? Est-il caché dans un coin du roman pour les observer ? Ce regard que Voltaire pouvait porter de l’intérieur sur sa création, c’est justement celui qu’au-delà des connaissances acquises, on a eu l’audace de tenter de porter sur Candide.

Cette édition change l’interprétation du plus étudié, mais aussi du plus secret des contes voltairiens. Il s’y présente de façon nouvelle. Ce n’est plus seulement, comme on l’a dit, un « catalogue de tous les malheurs humains », mis au service d’une campagne « philosophique » contre la doctrine de la providence. C’est, dans sa genèse et dans sa structure, un voyage sentimental au pays de la mémoire.

Que signifie ce nom « Candide » : innocence de celui qui ne connaît pas le mal ou illusion du naïf qui n’a pas fait l’expérience du monde ? Voltaire joue en 1759, après le tremblement de terre de Lisbonne, sur ce double sens. Il nous fait partager les épreuves fictives d’un jeune homme simple, confronté aux leurres de l’optimisme, mais qui n’entend pas désespérer et qui en vient à une sagesse finale, mesurée et mystérieuse. Candide n’en a pas fini de nous inviter au gai savoir et à la réflexion.


2. Zadig ou la Destinée

Zadig ou la Destinée Voltaire

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

 » Qu’il est dangereux de se mettre à la fenêtre et qu’il est difficile d’être heureux dans cette vie !  » Ainsi soupire Zadig, jeune Babylonien, devenu favori du roi et promis à une enviable destinée. Pour être tombé amoureux de la reine Astarté, le voilà obligé de fuir, rendu à la condition d’esclave, victime des brigands, des fanatiques religieux, en butte aux pires catastrophes…

Mais à travers ce cheminement capricieux, la Providence veille et l’homme est à sa place. C’est aussi ce que découvre cet habitant de Sirius qui, à l’aide d’un rayon de soleil, parcourt la Voie lactée. Quelle surprise en effet pour Micromégas de voir que l’homme, si petit et si misérable qu’il soit, tient son rôle dans l’univers grâce à son esprit…

Désinvoltes et primesautiers, deux contes qui charment et enchantent…


3. Micromégas

Micromégas Voltaire

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Trois contes, deux motifs : le philosophe dans le monde, le bonheur par la philosophie. Voltaire, en ces trois œuvres maîtresses, allie la critique incisive et les fantaisies d’un imaginaire déconcertant.

Après une étape sur Saturne où il se fait un compagnon de voyage, philosophe comme lui, Micromégas, habitant de Sirius, vient visiter la terre des hommes, « notre petite fourmilière » : occasion de péripéties nombreuses et de dialogues variés. Puis, à la fin du livre, les deux personnages reprennent leur voyage, on ne sait vers quelle destination. Le lecteur ne les accompagne plus. Il demeure aux côtés des Terriens, ses semblables.

Si l’étrangeté dont joue Voltaire dans ce conte qu’il publie en 1752 est d’abord celle des deux voyageurs, des autres mondes habités et du voyage interstellaire, c’est bien ensuite celle des Terriens qu’il met en scène : étrangeté physique, puis intellectuelle et philosophique. Le livre ainsi nous invite à changer de rôle, à philosopher nous aussi, non sur des créatures imaginaires, mais au contraire sur l’Homme. A l’évidence, Voltaire s’amuse.

Son rire pourtant n’est pas gratuit : Micromégas est une histoire philosophique, une magnifique leçon de « gai savoir ».

La curiosité de deux géants venus d’un autre astre les mène jusqu’à une étrange petite planète peuplée d’êtres microscopiques, la Terre… Quel est l’intérêt d’envisager le monde qui nous entoure d’un point de vue différent ? Voltaire nous livre, dans ce conte philosophique, une leçon de relativité et de tolérance particulièrement efficace.


4. L’Ingénu

L’Ingénu Voltaire

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le Huron ou l’Ingénu est certainement l’un des « contes » philosophiques les plus célèbres de François-Marie Arouet (1694-1778). En réalité, il s’agit d’un véritable petit roman, publié en 1767, dont Voltaire, par prudence, n’avoua pas la paternité.

Il relate les « années d’apprentissage » d’un jeune homme élevé chez les Hurons, en Amérique, qui débarque en Bretagne. Il y est adopté, sous le nom d’Hercule Kerbabon, par un prieur et sa sœur. Ce « bon sauvage » manifeste franc-parler et intelligence naturelle : « Son entendement, n’ayant point été courbé par l’erreur, était demeuré dans toute sa rectitude. »

Converti et baptisé, il tombe amoureux de sa marraine, que les lois de l’Église lui interdisent d’épouser. Malgré sa bravoure contre les envahisseurs anglais dans sa province, il n’obtient à la cour de Versailles ni récompense ni la dérogation souhaitée, mais – un emprisonnement à la Bastille.

Son amante consent aux avances malhonnêtes d’un ministre afin de le faire libérer, mais meurt ensuite de honte et de désespoir.

Le Huron sera dédommagé par une charge d’officier : « Le temps adoucit tout. » Sur le thème du bonheur rendu impossible par les conventions, la corruption et l’obscurantisme religieux, Voltaire mène ici une charge violente contre les jésuites, les jansénistes, les hommes politiques et les médecins.


5. Traité sur la tolérance : À l’occasion de la mort de Jean Calas

Traité sur la tolérance À l’occasion de la mort de Jean Calas Voltaire

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le 9 mars 1762, le protestant Jean Calas est roué de coups sur la place publique de Toulouse, puis exécuté. Il est accusé sans preuves d’avoir tué son fils qui s’était converti au catholicisme. Niant depuis le début et clamant son innocence jusqu’à son dernier souffle, Calas n’est pas entendu.

Mais bientôt, l’affaire gagne la capitale. Indigné, Voltaire s’empare de cette injustice. Devant l’incohérence du procès, il demande la réhabilitation du père Calas.

Dénonciation du fanatisme et de la superstition, ce traité publié en 1763 est un vibrant appel à la tolérance et à la liberté de pensée.

error: Contenu protégé