Les 5 meilleurs livres de Pablo Neruda

Les 5 meilleurs livres de Pablo Neruda

Pablo Neruda, nom de plume de Ricardo Eliécer Neftalí Reyes-Basoalto, est un poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien, né le 12 juillet 1904 à Parral, mort le 23 septembre 1973 à Santiago du Chili.


1. J’avoue que j’ai vécu

J’avoue que j’ai vécu Pablo Neruda

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« Peut-être n’ai-je pas vécu en mon propre corps: peut-être ai-je vécu la vie des autres », écrit Pablo Neruda pour présenter ces souvenirs qui s’achèvent quelques jours avant sa mort par un hommage posthume à son ami Salvador Allende.

Les portraits d’hommes célèbres – Aragon, Breton, Eluard, García Lorca, Picasso – côtoient les pages admirables consacrées à l’homme de la rue, au paysan anonyme, à la femme d’une nuit.

À travers eux se dessine la personnalité de Neruda, homme passionné, attentif, curieux de tout et de tous, le poète qui se révèle être aussi un merveilleux conteur.

Inoubliable, cette prostituée de Singapour qui le suit de consulat en consulat et, jalouse de son sommeil même, veille un couteau cinghalais à la main.

Émouvantes, ces trois veuves françaises isolées au plus profond de la forêt australe, qui offrent au jeune voyageur un dîner digne de Vatel et l’inscrivent à leur fichier afin de ne pas risquer de lui servir les mêmes mets, si un jour…

Exemplaire, l’invention de ce peintre chilien qui compte remplacer la politique par la culture des pommes de terre : si chaque homme en plantait une, il en récolterait trente et personne ne connaîtrait plus la faim.

Mais c’est la terre chilienne, tant de fois chantée dans ses poèmes, qui sert de toile de fond aux mille anecdotes de ce bonheur d’avoir vécu une existence riche en péripéties et en amitié. Au commencement était la forêt araucane, «cette gloire, ce silence», qui fascinait l’enfant autant que la sonorité des noms de gares où son père, aimable et rude géant entouré d’anciens repris de justice, menait les trains chargés de graviers qu’il déversait dans les rivières pour qu’elles ne débordent pas. En racontant son enfance, c’est toute la vie d’un « far west austral » que ressuscite Pabio Neruda.

En contrepoint, la France, Paris dans les années 1930, occupe une place privilégiée : le poète y a séjourné souvent, il y a vécu lors de la guerre d’Espagne, organisant l’immigration des réfugiés au Chili.

« Les Mémoires du poète ne sont pas ceux du chroniqueur », dit encore Pabio Neruda. Le lecteur s’en félicitera et regrettera peut-être qu’il ne nous ait pas laissé davantage de textes en prose…


2. Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée – Les vers du capitaine

Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée Les Vers du Capitaine Pablo Neruda

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Entre ces trois recueils balancent les pans d’une vie relayés par les vers solaires de Pablo Neruda. Offerts à la femme insaisissable qui lui fait découvrir la dimension charnelle du monde : « Pour mon cœur suffit ta poitrine, pour ta liberté suffisent tes ailes ». A sa reine de l’univers, il apporte des « paniers sylvestres de baisers » ; au peuple, sa résistance et son engagement. Idéalement traduits par Claude Couffon, les vers burinés du poète chilien nous accompagnent dans la solitude du temps.


3. La solitude lumineuse

La solitude lumineuse Pablo Neruda

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

En 1928, Pablo Neruda est nommé consul à Colombo, Ceylan, puis à Singapour et Batavia. Accompagné de Kiria, sa fidèle mangouste, le poète chilien découvre les odeurs et les couleurs des rues asiatiques, les plaisirs et cauchemars de l’opium, la chasse à l’éléphant, le sourire paisible des Bouddhas…

Neruda livre ses souvenirs colorés et poétiques d’un Orient colonial et se révèle comme un homme passionné, curieux de tout et de tous, et un merveilleux conteur.


4. La centaine d’amour

La Centaine d’amour Pablo Neruda

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

En 1952, durant son séjour à Naples puis à Capri, Neruda rencontre celle qui fut le grand amour de sa vie et sa dernière femme. Sept ans plus tard, Neruda commémore leur rencontre et renouvelle en quelque sorte le genre, dérivé de Pétrarque, du sonnet précieux, érotique et d’autant plus embrasé qu’il est contraint par la forme.


5. Chant général

Chant général Pablo Neruda

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« Avec le Chant général, j’ai travaillé sur le terrain de la chronique et du mémorial, un terrain qui, les premiers temps, me parut rocailleux et inhospitalier. Mais soudain je découvris […] qu’il n’y avait pas de matériel antipoétique lorsqu’il s’agissait de nos réalités. Les faits les plus obscurs de nos peuples doivent être brandis en pleine lumière. Nos plantes et nos fleurs, pour la première fois, doivent être contées et chantées.

Nos volcans et nos rivières sont restés dans les espaces desséchés des textes. Que leur feu et leur fertilité soient livrés au monde par nos poètes. Nous sommes les chroniqueurs d’une naissance retardée. Retardée par le féodalisme, par la stagnation, par la faim. Il ne s’agit pas seulement de préserver notre culture, mais de la livrer à toutes nos forces, de la nourrir et de lui permettre de fleurir. » Pablo Neruda.

error: Contenu protégé