Les 5 meilleurs livres d'Oscar Wilde

Les 5 meilleurs livres d’Oscar Wilde

Oscar Wilde, dont le nom complet est Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde, est un écrivain, romancier, dramaturge et poète irlandais, né à Dublin le 16 octobre 1854 et mort à Paris le 30 novembre 1900.


1. Le portrait de Dorian Gray

Le Portrait de Dorian Gray Oscar Wilde

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Alors qu’il rend visite à son ami peintre Basil Hallward, Lord Henry rencontre le jeune Dorian Gray. Émerveillé par sa jeune beauté et sa naïveté, il se lie rapidement d’amitié avec lui et dit, en plaisantant, qu’une fois le portrait terminé, seul celui-ci gardera à jamais cette beauté tandis que Dorian vieillira peu à peu. Le jeune homme déclare alors qu’il donnerait son âme pour que ce portrait vieillisse à sa place. A ces mots, tous rirent… sur le moment.

Effrayé par ce portrait si parfait, Dorian le laissera chez lui, protégé de la vue de tous, cachant honteusement le secret de son âme…

Le Portrait de Dorian Gray a été rédigé en 1890 puis complété en 1891. Ce roman fantastique est à la fois un manifeste esthétique et un récit moral. Bien qu’Oscar Wilde y développe l’idée d’un art dégagé de toute éthique, le jeune Dorian Gray va faire face à sa conscience morale à travers son portrait qui porte à sa place les traces de sa perversité et la décadence que le temps inflige aux esprits les plus purs.


2. Le fantôme de Canterville et autres contes

Le fantôme de Canterville et autres contes Oscar Wilde

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Un ministre américain et sa famille achètent à Lord Canterville son château et tout ce qu’il contient… fantôme compris. Mais la famille Otis n’a vraiment pas peur des fantômes. Alors, lorsqu’un spectre qui a l’habitude de terroriser tout le monde se trouve confronté à deux jumeaux qui ne pensent qu’à lui jouer de mauvais tours, il est plus que déconcerté. Humour anglais au programme ! Oscar Wilde s’en donne à cœur joie en décrivant les malheurs d’un spectre qui ne sait que faire pour effrayer une famille qui lui offre de l’huile pour lubrifier ses chaînes : le bruit empêche tout le monde de dormir !

Dans le registre du rire grinçant, le deuxième conte, « Le Crime de Lord Arthur Savile », narre les mésaventures d’un homme à qui l’on a prédit, en lisant dans les lignes de sa main, qu’il allait commettre un crime. Du coup, il se sent obligé de tuer quelqu’un, pour se délivrer de cette malédiction. Et l’on termine avec une courte histoire mettant en scène un millionnaire modèle.

Ces trois contes très drôles, écrits à la fin du XIXe siècle, comportent donc quelques expressions ou références obscures pour le lecteur d’aujourd’hui, qui sont expliquées en fin d’ouvrage.


3. L’importance d’être constant

L’Importance d’être constant Oscar Wilde

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Dernière pièce d’Oscar Wilde, « L’Importance d’être constant » brille des feux d’un langage habité par la grâce: s’y manifestent la puissance et la modernité de la réflexion de l’auteur sur la fiction, mais aussi son inventivité subversive et satirique, son esprit généreux et étincelant d’élégance et de drôlerie.


4. Le crime de Lord Arthur Savile et autres contes

Le Crime de Lord Arthur Savile et autres contes Oscar Wilde

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Une fois dans sa chambre, il se jeta sur un canapé et ses yeux s’emplirent de larmes. Il avait fait de son mieux pour commettre le meurtre, mais il avait échoué à deux reprises sans que ce fût sa faute. Il avait essayé de faire son devoir, mais le Destin lui-même semblait s’acharner à le trahir.


5. Salomé

Salomé Oscar Wilde

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

A la fin du XIXe siècle, le mythe de Salomé suscite chez les artistes une fascination à nulle autre pareille : la princesse de Judée, qui incarne la femme  » naturelle, c’est-à-dire abominable  » selon le mot de Baudelaire, devient une figure majeure de l’imaginaire décadent, inspirant indifféremment peintres, poètes et romanciers.

De cette danseuse fatale, Wilde donna dans Salomé (1893) l’une des interprétations les plus marquantes de l’histoire de la littérature. La tension croissante de ce drame en un acte traduit la montée du désir monstrueux de Salomé, la fille d’Hérodias, pour le prophète Iokanaan.

Cruauté, sacrilège, étrangeté et érotisme se mêlent dans cette pièce dont Mallarmé salua les perpétuels traits éblouissants et dont Pierre Loti a pu dire :  » C’est beau et sombre comme un chapitre de l’Apocalypse. »

error: Contenu protégé