Les 5 meilleurs livres de Jean d'Ormesson

Les 5 meilleurs livres de Jean d’Ormesson

Jean d’Ormesson, parfois surnommé Jean d’O, né le 16 juin 1925 à Paris et mort le 5 décembre 2017 à Neuilly-sur-Seine, est un écrivain, journaliste et philosophe français.


1. C’est une chose étrange à la fin que le monde

C’est une chose étrange à la fin que le monde Jean d’Ormesson

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Qu’est-ce que la vie et d’où vient-elle ? Comment fonctionne l’univers ? Pourquoi y a-t-il quelque chose au lieu de rien ? Des mathématiciens aux philosophes grecs, à Einstein et à la théorie des quanta, en passant par Newton et Darwin, voilà déjà trois mille ans que les hommes s’efforcent de répondre à ces questions. L’histoire s’est accélérée depuis trois ou quatre siècles.

Nous sommes entrés dans l’âge moderne et postmoderne. La science, la technique, les chiffres ont conquis la planète. Il semble que la raison l’ait emporté. Elle a permis aux hommes de remplacer les dieux à la tête des affaires du monde. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Dieu est-il à reléguer au musée des gloires étrangères et des puissances déchues ? La vie a-t-elle un sens ou est-elle une parenthèse entre deux néants ? Est-il permis d’espérer quoi que ce soit au-delà de la mort ?

Avec les mots les plus simples et les plus clairs, avec une rigueur mêlée de gaieté, Jean d’Ormesson aborde de façon neuve ces problèmes de toujours et raconte au lecteur le roman fabuleux de l’univers et des hommes.

« Un beau matin de juillet, je me suis demandé d’où nous venions, où nous allions et ce que nous faisions sur cette terre ? Pourquoi y-a-t-il quelque chose au lieu de rien ?  »

Jean d’Ormesson aime les voyages, les bains de mer, les livres, tous les plaisirs de l’existence. Il s’interroge aussi sur le mystère de nos destinées et il esquisse le roman de la vie, de l’Histoire, de l’idée de Dieu. Il nous parle avec simplicité et gaité et il nous propose quelques recettes d’espérances et de bonheur.


2. Histoire du juif errant

Histoire du Juif errant Jean d’Ormesson

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

A Venise, au pied de la Douane de mer, en face du palais des Doges et de San Giorgio Maggiore avec son haut campanile, deux jeunes gens qui s’aiment vont écouter, le soir, un personnage surprenant qui porte beaucoup de noms.

Ses récits les emportent, à travers l’espace et le temps, dans un tourbillon d’aventures où passent à toute allure, sous des éclairages imprévus, assez peu familiers aux enfants des écoles, Stendhal et Christophe Colomb, des Chinois et des Arabes, le procurateur de Judée et des guerriers vikings, le raid israélien sur Entebbe et l’invention du zéro, les amours de Pauline Borghèse et Les Mille et Une Nuits, toutes les passions du monde et aussi ses misères.

L’homme à l’imperméable, qui raconte, avant de disparaître comme il est apparu, ces souvenirs ou ces fables qui se confondent avec la vie, se prétend condamné à l’immortalité pour avoir refusé, sur le chemin du Calvaire, un verre d’eau à Jésus titubant sous sa croix.

Son histoire d’éternité fait revivre un mythe aussi universel que don Juan ou le docteur Faust : le juif errant.

Dans les récits de la Douane de mer, il ne ressemble à rien de connu : à mi-chemin de la Bible et de la bande dessinée, de Hegel et d’Arsène Lupin, il incarne l’histoire des hommes, nécessaire et inutile, depuis toujours maudite et pourtant irrésistible de gaieté et de bonheur.


3. Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit

Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit Jean d’Ormesson

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

 » Tu t’es donné beaucoup de mal, mon cher amour, pour aboutir à bien peu de chose. J’ai été enchantée d’apprendre que la lumière transportait du passé à la vitesse record de trois cent mille kilomètres à la seconde, que cette vie que nous avons tant aimée nous venait des étoiles, que notre vieux Soleil qui nous éclaire et nous chauffe était parvenu à peu près au milieu de son âge et que, capables de choses si grandes, si charmantes et si gaies, les hommes n’étaient pas là pour toujours.

Tout ça me fait une belle jambe. Tout ça, franchement, m’est un peu égal. Ce que je voulais savoir, je ne le sais toujours pas. Ce qui va nous arriver, et à toi et à moi, dans quelques années à peine, ou peut-être même demain, quand le temps sera écoulé de notre passage sur cette Terre, m’est toujours aussi obscur. Je t’ai souvent entendu dire que tu souhaitais écrire des livres qui changent la vie des gens. Tu n’as pas changé grand-chose à la fragilité passagère et si affreusement menacée de mon amour pour toi.  »

Un roman d’amour: « Rien ne change. » Un écrivain cherche sa voie et il ne s’en sort que par l’amour d’une femme, Marie. Il se donne à elle qui le rend à lui-même.

L’amour est plus important que la littérature et que tout le reste. Il ne consiste pas à se regarder dans les yeux mais à regarder le monde ensemble.

Le spectacle du monde entraîne leur étonnement et leur admiration, qui sont à la racine de toute connaissance. Le roman de société s’est changé en roman d’amour, qui lui-même va se changer en roman de l’univers.

Un roman de l’univers: « Il y a au-dessus de nous quelque chose de sacré. » Au grand-père désormais classique de l’auteur, à Pama le bouddhiste, à Marie, s’ajoute Dieu comme un des principaux personnages du livre. Car comment peut-on parler d’autre chose que de Dieu ?

Suit une petite histoire de l’humanité par ceux qui l’ont pensée et faite: les philosophes et les scientifiques. Un combat s’est engagé entre Dieu et la science. La position de l’auteur, catholique et agnostique, est de laisser ses chances à Dieu.

Ce livre est aisé et profond. On y retrouve ce qui a fait le succès des précédents ouvrages: la foi en la littérature, l’importance des sentiments, l’absence d’illusions, le goût du bonheur, la recherche de la vérité. Le tout comme soulevé par la grâce d’un style et d’une écriture ailée.


4. Au plaisir de Dieu

Au plaisir de Dieu Jean d’Ormesson

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

En hommage à la mémoire de son grand-père, symbole de la tradition, contraint de s’éloigner à jamais de la terre de ses ancêtres, le cadet d’une vieille famille française enfermée dans l’image du passé raconte ce qui a été et qui achève de s’effondrer.

Le berceau de la tribu, le château de Plessis-lez-Vaudreuil, est au centre de cette longue chronique qui embrasse, depuis les croisades jusqu’à nos jours, l’histoire du monde, du pays, du clan de tout ce que la lignée a incarné et en quoi elle a cru, et qui s’est peu à peu effrité. Un mariage d’amour et d’argent, les idées contemporaines et subversives, les livres, les mœurs nouvelles ouvrent successivement des brèches dans la forteresse de la tradition.

L’histoire du XXe siècle, avec ses situations paradoxales, précipite la mutation et la décadence d’une famille qui avait su, à travers tous les cataclysmes, maintenir ses privilèges et conserver son charme.


5. Comme un chant d’espérance

Comme un chant d’espérance Jean d’Ormesson

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« J’ai aimé Dieu, qui n’est rien aux yeux des hommes qui ne sont rien. Je n’ai détesté ni les hommes ni les femmes. Et j’ai aimé la vie qui est beaucoup moins que rien, mais qui est tout pour nous. Je chanterai maintenant la beauté de ce monde qui est notre tout fragile, passager, fluctuant et qui est notre seul trésor pour nous autres, pauvres hommes, aveuglés par l’orgueil, condamnés à l’éphémère, emportés dans le temps et dans ce présent éternel qui finira bien, un jour ou l’autre, par s’écrouler à jamais dans le néant de Dieu dans sa gloire cachée. »

error: Contenu protégé