Les 5 meilleurs livres d'Assia Djebar

Les 5 meilleurs livres d’Assia Djebar

Assia Djebar (arabe : آسيا جبار) de son vrai nom Fatima-Zohra Imalayène, est une écrivaine algérienne d’expression française, auteur de romans, nouvelles, poésies et essais.


1. Femmes d’Alger dans leur appartement

Femmes d'Alger dans leur appartement (Assia Djebar)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

En 1832, dans Alger récemment conquise, Delacroix s’introduit quelques heures dans un harem. Il en rapporte un chef-d’œuvre, Femmes d’Alger dans leur appartement, qui demeure un  » regard volé « .

Un siècle et demi plus tard, vingt ans après la guerre d’indépendance dans laquelle les Algériennes jouèrent un rôle que nul ne peut leur contester, comment vivent-elles au quotidien, quelle marge de liberté ont-elles pu conquérir ?

Dans ce recueil de nouvelles publié pour la première fois en 1980 et ici augmenté d’une longue nouvelle inédite, La Nuit du récit de Fatima, Assia Djebar raconte: le vécu, la difficulté d’être, la révolte et la soumission, la rigueur de la Loi qui survit à tous les bouleversements et l’éternelle condition des femmes.

 » Langage de l’ombre « , souvent prémonitoire en regard de l’histoire immédiate, Femmes d’Alger dans leur appartement est devenu un classique dans de nombreux pays où il a reçu un accueil exceptionnel.


2. Nulle part dans la maison de mon père

Nulle part dans la maison de mon père (Assia Djebar)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Après plusieurs fresques historiques évoquant l’Algérie, Assia Djebar, s’abandonnant à un flux de mémoire intimiste, nous donne son livre le plus personnel.

Elle ressuscite avec émotion, lucidité et pudeur la trace d’une histoire individuelle dont l’ombre projetée n’est autre que celle de son peuple.

Grandissant entre deux mondes, entre un père instituteur et une mère majestueuse qui lui fait découvrir la magie des fêtes féminines, une fillette porte, en même temps qu’elle découvre le  » monde des Autres  » à travers sa passion des livres et les confidences d’une amie de pensionnat, un regard fasciné sur son époque : bals européens donnés sur la place du village, prolétaires indigènes guettant dans le noir…

Lorsque la famille s’installe à Alger, la mère se mue en citadine à l’allure européenne et l’adolescente entame une correspondance secrète. Une histoire d’amour s’esquisse.

Dans Alger où la jeune fille ne cesse de circuler, après ses cours au grand lycée, elle s’enivre d’espace et de poésie. Un an avant une explosion qui secouera tout le pays, l’amorce de cette éducation sentimentale va-t-elle tourner court ?

Et la romancière de conclure :  » Pourquoi ne pas te dire, dans un semblant de sérénité, une douce ou indifférente acceptation : ne serait-ce pas enfin le moment de tuer, même à petit feu, ces menues braises jamais éteintes ?

Interrogation qui ne serait pas seulement la tienne, mais celle de toutes les femmes de là-bas, sur la rive sud de la Méditerranée… Pourquoi, mais pourquoi, je me retrouve, moi et toutes les autres : « nulle part dans la maison de mon père » ?  »


3. Loin de Médine

Loin de Médine (Assia Djebar)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Algérienne, considérée aujourd’hui comme la plus grande romancière du Maghreb, Assia Djebar nous transporte à Médine, à la mort du Prophète.

Et c’est des femmes qu’elle nous parle, nombreuses et influentes dans l’entourage du fondateur de l’Islam, où se déchaînent déjà des intrigues et des rivalités de succession.

Nous découvrons les figures d’une histoire ignorée, oubliée : reines de tribus, prophétesses, femmes chefs de guerre dans une Arabie en effervescence.

Fatima, l’indomptable fille du Prophète, se dresse telle une Antigone arabe, tandis qu’Aïcha, sa jeune veuve, s’installe dans son rôle de « diseuse de mémoire ».

Bien d’autres encore, femmes de La Mecque, affranchies, errantes, mêlent leurs voix et se souviennent.

Ce livre puissant, inspiré, restitue aux femmes une place volée ou occultée à la source de l »Islam.


4. L’amour, la fantasia

L'amour, la fantasia (Assia Djebar)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Ce roman inaugure un cycle intitulé « Le Quatuor d’Alger ». L’histoire débute en juin 1830, date de la prise d’Alger par la flotte française.

Suivent vingt années de lutte, que domine la figure de l’émir Abdelkader. Puis vient le temps d’une suprématie française sans partage.

Ces scènes d’histoire alternent avec le récit de la propre enfance de la narratrice, dans un village du Sahel.

Autour d’elles, un monde de femmes cloîtrées rêvent à d’inaccessibles rencontres amoureuses…


5. La disparition de la langue française

La disparition de la langue française (Assia Djebar)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Pour Belkrane, la cinquantaine venue, retrouver l’Algérie après vingt années passées en France est à tous égards un défi.

Défi de surmonter la rupture douloureuse avec Marise, sa compagne ; défi de renouer avec son enfance t d’écrire, peut-être, le livre qu’il porte en lui.

Défi, enfin, de voir un pays en proie à l’agitation de l’islam intégriste dériver inéluctablement vers la violence et la guerre civile. Une liaison brève et passionnée avec Nadja, autre exilée de passage, avec qui il partage les souvenirs tragiques de la lutte pour l’indépendance, l’aidera-t-elle à recomposer les fragments d’une mémoire éclatée ?

C’est au plus intime – les retrouvailles avec une langue arabe qui est celle aussi de l’amour, le dialogue jamais achevé avec le français, langue de la culture humaniste et, non sans ambiguïtés, de la tolérance politique – que se jouera pour Bekrane un conflit historique dans lequel toute sa vie est engagée.

error: Contenu protégé