Les 5 meilleurs livres d'André Malraux

Les 5 meilleurs livres d’André Malraux

André Malraux, pour l’état civil Georges André Malraux, né le 3 novembre 1901 dans le 18ᵉ arrondissement de Paris et mort le 23 novembre 1976 à Créteil, est un écrivain, aventurier, homme politique et intellectuel français.


1. La condition humaine

La condition humaine (André Malraux)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Outre l’irréductible échéance liée à la mort, outre les multiples et indicibles souffrances, n’est-il pas donné à tous de choisir son destin ? Certes la vie est tragique mais elle doit avoir un sens. Un sens, peut-être des sens, mais seuls quelques-uns aux vertus salvatrices s’offrent aux hommes pour les affranchir de leur condition.

La Révolution, au nom d’une foi en la fraternité, est une arme tournée contre la misère, celle qui enchaîne l’homme parce qu’elle le prive de sa dignité. Vaincre l’humiliation en leur nom propre ou pour les autres par le biais de la Révolution, voici le combat que se sont choisis les héros de La Condition humaine.

Pour échapper à l’angoisse de « n’être qu’un homme », l’amour est un autre de ces moyens, mais seul l’amour véritable et fusionnel qu’éprouvent Kyo et May l’un pour l’autre est susceptible de briser la profonde solitude des êtres. Misérable humanité, humanité héroïque et grandiose, c’est « la condition humaine »…

Elle résonnera à jamais comme un écho au fond de soi, tant il est vrai que ce roman est « d’une intelligence admirable et, malgré cela, profondément enfoncé dans la vie, engagé, et pantelant d’une angoisse parfois insoutenable », comme l’avait écrit Gide.


2. L’espoir

L'espoir (André Malraux)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le pilote continuait son cercle, reprenait l’Alcazar à la tangente ; la bombe était tombée au milieu de la cour. Les obus de l’Alcazar suivaient l’avion, qui repassa, lança la seconde grosse bombe, repartit, s’approcha de nouveau. La main de nouveau dressée de Marcelino ne s’abaissa pas : dans la cour, des draps blancs venaient d’être étendus en toute hâte : l’Alcazar se rendait. Jaime et Pol boxaient de jubilation. Tout l’équipage trépignait dans la carlingue. Au ras des nuages apparut la chasse ennemie.


3. La voie royale

La voie royale (André Malraux)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Au début des années vingt, le jeune archéologue Claude Vannec, en quête d’une rapide fortune, s’est embarqué pour l’Indochine dans l’espoir de découvrir et de revendre quelques-uns des inestimables bas-reliefs ornant les temples de l’antique route royale khmère, aujourd’hui submergée par la jungle.

Lorsqu’il rencontre Perken, il est fasciné par cet aventurier de légende au masque de proconsul romain, qui professe un total mépris des valeurs établies et peut-être offre à Claude la préfiguration de son avenir. Ensemble, ils décident d’affronter les périls d’une expédition qui défie toutes les lois.

Et lorsque la forêt indochinoise se sera refermée sur eux, dans une lumière glauque d’abîme sous-marin, ils partageront la terreur des bêtes sans nom qui peuplent cet univers antédiluvien et dont la tête émerge à peine d’un sol spongieux et décomposé. Mais surtout, une fois parvenus chargés de leur butin en territoire insoumis, ils découvriront, en retrouvant l’un des leurs prisonnier des tribus Moïs, l’horreur de l’inhumain, cette « épouvante de l’homme abandonné parmi des fous qui vont bouger ».

Roman d’aventure, partiellement autobiographique, La Voie royale est aussi une réflexion passionnée sur la mort et sur les vains défis que l’homme lui oppose.


4. Antimémoires

Antimémoires (André Malraux)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

André Malraux réfléchit sur la vie mais pas à la façon des mémorialistes : il ne se sert de ses expériences et de ses rencontres que pour interroger la signification de l’univers. On comprend vite en quel sens et à quelles fins il a toujours été à la fois écrivain et homme d’action.

« Que m’importe ce qui n’importe qu’à moi », dit-il d’emblée. Et jamais on n’avait parlé à la première personne avec un tel mélange de distance et de fièvre. D’un Occident né au Proche-Orient et prolongé outre-Atlantique, on passe à l’Inde très vieille et très jeune puis à l’Extrême-Orient ainsi qu’aux extrêmes limites de l’homme. Malraux reprend l’ancien rythme de croissance des ammonites pour affronter l’ère qui commence : l’alternance rapide des contrastes se déploie peu à peu en vastes oppositions, halètement et sérénité, humour et tragédie. Le lecteur est entraîné par ces rejaillissements amplifiés et les créateurs ne resteront pas indifférents à ce nouvel art de maîtriser nos trépidations.

Pour la première fois aussi, on retrouve ce qui faisait une des forces de la Bible : des grands qui se sentent responsables des peuples et des dieux et de chaque vie. Nous assistons à une sorte de grand conseil : les princes, assis chacun sur une des montagnes de l’âme, s’interrogent à l’heure où le vieux roi vient d’être frappé d’aphasie; ce qui, mieux que des portraits, nous vaut des personnages dans l’exercice de leur action ou de leur pensée, en particulier de Gaulle, Nehru et Mao.

Les légendes, les morts, les rescapés des camps ont aussi leur mot à dire. Car Malraux ne cesse de questionner et il pose souvent les questions de manière inattendue. Combien de philosophes ont l’air de se battre comme à Marignan, de front, sur une chaussée, tandis qu’ici on a affaire à une stratégie de l’intelligence. La vie et la mort, les changements et l’irrémédiable, les voici assaillis de partout, tantôt refoulés, parfois percés en un point, tantôt tournés, pris à revers ou du moins assiégés.

Surtout dans ce premier tome des Antimémoires on découvre la nudité d’une voix qui, avec son étonnante liberté de mouvement, presse sans relâche l’énigme aux mille visages. C’est un des plus hauts dialogues : comme Eschyle et Sakespeare à travers chœurs ou personnages, comme Job pardessus la tête de ses comparses, Malraux ne s’adresse qu’au destin.


5. Les conquérants

Les conquérants (André Malraux)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Tour à tour aventurier, communiste, résistant, visionnaire, romancier, ministre, André Malraux est une personnalité marquante de l’histoire du XXe siècle français. C’est cette vision protéiforme, unique et originale qui traverse Les Conquérants.

Publié en 1928, ce livre dérouta la critique de l’époque, à la fois essai, récit de voyage, reportage, roman ou document historique. Divisé en trois parties, « Les approches », « Puissances » et « L’homme », il retrace la vie, en pleine révolution chinoise, de Garine et Borodine, aventuriers visant à l’émancipation du peuple chinois.

Dans un style fort, Malraux mêle terreur, ruse et passion au service de la liberté. Dans les affres d’une révolution sans scrupule et impitoyable, ces deux hommes sont de nouveaux conquérants, entre drame classique et roman d’intrigue. Un classique de la littérature française du XXe siècle.

error: Contenu protégé