Les 5 meilleurs livres de William Boyd

Les 5 meilleurs livres de William Boyd

William Boyd, né le 7 mars 1952 à Accra au Ghana, est un écrivain, scénariste et réalisateur britannique.


1. Orages ordinaires

Orages ordinaires (William Boyd)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Par un pur hasard, Adam Kindred, jeune climatologue spécialiste des nuages, se retrouve dépouillé en quelques heures de tout ce qu’il tenait pour acquis: sa carrière, sa réputation, ses cartes de crédit, son passeport, son portable, et même ses vêtements, soit tous les signes extérieurs de son identité humaine.

Une succession de terrifiantes coïncidences fait de lui l’auteur tout désigné d’un meurtre. Police et tueur à gages lancés à ses trousses, sa seule issue est d’entrer dans la clandestinité et de rejoindre la multitude de ces disparus qui hantent les grandes capitales mais demeurent indétectables sous les rayons inquisiteurs des radars sociaux.

Entre ses poursuivants multiformes et insaisissables et ses frères en misère, Adam fait l’apprentissage cruel et fascinant de l’art de la survie à l’intérieur d’un Londres hors normes, peuplé de personnages forts inventifs face aux vicissitudes existentielles.

En opérant – grâce à la chance et à l’amour – sa remontée à la surface du monde dit civilisé, Adam regagne l’espoir de redevenir lui-même et d’en finir avec cette vie en fuite orchestrée de main de maître par un auteur qui, lui, n’a rien laissé au hasard.


2. Un Anglais sous les tropiques

Un Anglais sous les tropiques (William Boyd)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Nul héros n’a été autant bafoué que dans cette satire typiquement britannique. Morgan Leafy, fonctionnaire en titre, traqué par l’alcool et l’embonpoint, n’en peut plus de démêler les gaffes et calamités qu’il provoque. Au fin fond d’une contrée de l’Afrique occidentale, dans l’empire de Sa Très Gracieuse Majesté, Leafy se voit en effet chargé d’une délicate mission funéraire.

Hautement flattée, son ambition croît alors démesurément, au point qu’il tente de séduire à grande vitesse la fille de son supérieur hiérarchique. Mais, dès lors, la situation va échapper à son entendement. Tiraillé entre l’hypocrisie coloniale de son administration et les traditions parfois surprenantes des populations locales, le modeste fonctionnaire bascule dans l’horreur et l’absurde.

Boyd, né à Accra en 1952, a puisé dans ses souvenirs africains pour bâtir son roman et dénoncer le passé colonialiste, les traditions et le conservatisme aveugles. Il s’inscrit parfaitement dans la nouvelle tendance des écrivains britanniques faite d’irrespect et de critiques dévastatrices. La dérision s’avérant une arme redoutable pour anéantir toute la fantasmagorie attachée à l’ex-empire.


3. La vie aux aguets

La vie aux aguets (William Boyd)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Sénilité précoce, paranoïa ? Comment ne pas y penser quand, par un jour de canicule de l’été 1976, votre mère, si anglaise et si digne, vous annonce tout de go qu’elle est en réalité Eva Delectorskaya, une émigrée russe et une ex-espionne de haut vol ? Et pourtant, Ruth Gilmartin doit s’y résoudre : tout est vrai.

Depuis trente et quelques années, pour tenter de retrouver la sécurité, Sally-Eva a échafaudé avec soin le plus vraisemblable des mensonges. Au fil de la lecture du manuscrit que lui remet sa mère, Ruth — revenue d’Allemagne pour terminer sa thèse à Oxford et y élever son petit garçon — voit sa vie basculer.

À qui se fier ? À personne, justement, comme le voulait la règle numéro 1 de Lucas Romer, le séduisant mentor d’Eva dans les Services Secrets britanniques. Et si Eva se découvre maintenant, c’est contrainte par la nécessité absolue d’obtenir l’aide de sa fille pour accomplir sa dernière mission : régler enfin son compte à un passé qui, du Nouveau-Mexique à un petit village anglais perdu, s’acharne à vouloir rattraper une vie déjà habitée par la peur. Une vie aux aguets.

Sur fond de conflit mondial et de manipulations internationales, mais aussi une magnifique histoire d’amour et de trahison racontée par le plus doué des romanciers anglais contemporains.


4. Les vies multiples d’Amory Clay

Les vies multiples d'Amory Clay (William Boyd)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la très jeune Amory Clay se voit offrir par son oncle Greville un appareil photo et quelques conseils rudimentaires pour s’en servir. Elle ignore alors que c’est le déclencheur d’une passion qui façonnera irrévocablement sa vie future.

Un bref apprentissage dans un studio et des portraits de la bonne société laissent Amory sur sa faim. Sa quête de vie, d’amour et d’expression artistique l’emporte bientôt dans un parcours audacieux et trépidant, du Berlin interlope des années vingt au New York des années trente, de Londres secoué par les émeutes des Chemises noires à la France occupée et au théâtre des opérations militaires, où elle devient l’une des premières femmes photoreporters de guerre.

Sa soif d’expériences entraîne Amory vers d’autres conflits, des amants, un mari, des enfants, tandis qu’elle continue à poursuivre ses rêves, à combattre ses démons.

À travers le destin singulier et l’objectif téméraire d’une femme indépendante et généreuse, William Boyd nous promène au gré des événements les plus marquants de l’histoire contemporaine.

Une ode magnifique à la liberté des femmes !


5. Comme neige au soleil

Comme neige au soleil (William Boyd)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

La Grande Guerre ne se vit pas tout à fait de la même façon selon qu’on habite au bord de la Tamise ou au pied du Kilimandjaro, à la frontière anglo-allemande de l’Afrique orientale. A l’arrière comme au front, on a bon espoir que la fureur belliqueuse fonde comme neige au soleil, mais on ne sait pas encore qu’il faudra combattre trois mois de plus faute d’avoir eu vent de l’armistice.

La guerre ici est bel et bien meurtrière, mais le climat incongru, les héros «déplacés» de ces colonies lointaines, donnent au second roman de William Boyd une tonalité tout à fait dans la tradition des humoristes anglais, où constamment le comique de situation sape les velléités héroïques, où l’horreur le dispute à la plus décapante cocasserie.

error: Contenu protégé