Les 5 meilleurs livres de Samuel Beckett

Les 5 meilleurs livres de Samuel Beckett

Samuel Barclay Beckett, né le 13 avril 1906 à Foxrock et mort le 22 décembre 1989 à Paris, est un écrivain, poète et dramaturge irlandais d’expression principalement française et anglaise, récipiendaire du prix Nobel de littérature en 1969.


1. En attendant Godot

En attendant Godot Samuel Beckett

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

L’attente comprend deux phases, l’ennui et l’angoisse. La pièce comprend donc deux actes, l’un grotesque, l’autre grave.

Préoccupé de peu de choses hormis ses chaussures, la perspective de se pendre au seul arbre qui rompt la monotonie du paysage et Vladimir, son compagnon d’infortune, Estragon attend. Il attend Godot comme un sauveur. Mais pas plus que Vladimir, il ne connaît Godot. Aucun ne sait au juste de quoi ce mystérieux personnage doit les sauver, si ce n’est peut-être, justement, de l’horrible attente.

Liés par un étrange rapport de force et de tendresse, ils se haranguent l’un et l’autre et s’affublent de surnoms ridicules. Outre que ces diminutifs suggèrent que « Godot » pourrait bien être une synthèse qui ne se réalisera qu’au prix d’un anéantissement, Didi et Gogo portent en leur sein la répétition, tout comme le discours de Lucky, disque rayé qui figure le piétinement incessant auquel se réduit toute tentative de production de sens.

Cette pièce composée en 1952, quinze ans avant que Beckett ne soit couronné par le prix Nobel de littérature, est un tour de force qui démontre les profondeurs que peut atteindre un langage en apparence absurde.


2. Fin de partie

Fin de partie Samuel Beckett

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« Dans Fin de partie il y a déjà cette notion d’immobilité, cette notion d’enfouissement. Le personnage principal est dans un fauteuil, il est infirme et aveugle, et tous les mouvements qu’il peut faire c’est sur son fauteuil roulant, poussé par un domestique, peut-être un fils adoptif, qui est lui-même assez malade, mal en point, qui marche difficilement. Et ce vieillard a ses parents encore, qui sont dans des poubelles, son père et sa mère qu’on voit de temps en temps apparaître et qui ont un très charmant dialogue d’amour.

Nous voyons deux êtres qui se déchirent, qui jouent une partie comme une partie d’échecs et ils marquent des points, l’un après l’autre, mais celui qui peut bouger a peut-être une plus grande chance de s’en tirer, seulement ils sont liés, organiquement, par une espèce de tendresse qui s’exprime avec beaucoup de haine, de sarcasme, et par tout un jeu.

Par conséquent, il y a dans cette pièce – qui est à un niveau théâtral absolument direct, où il n’y a pas d’immense symbole à chercher, où le style est d’une absolue simplicité –, il y a cette espèce de jeu qu’ils se font l’un à l’autre, et qui se termine aussi d’une façon ambiguë parce que le suspense dérisoire de la pièce, s’il y a suspense, c’est ce fils Clov, partira-t-il ou non ? Et on ne le sait pas jusqu’à la fin.

Je dois dire aussi que c’est une pièce comique. Les exégètes de Beckett parlent d’un « message », d’une espèce de chose comme ça. Ils oublient de dire le principal, c’est que c’est une chose qui est une découverte du langage, de faire exploser un langage très quotidien. Il n’y a pas de littérature plaquée, absolument pas. Faire exploser un langage quotidien où chaque chose est à la fois comique et tragique ».


3. Oh les beaux jours

Oh les beaux jours suivi de Pas moi Samuel Beckett

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Oh les beaux jours : pièce en deux actes pour deux personnages, écrite en anglais entre 1960 et 1961. Traduite en français par l’auteur en 1962. La première représentation, avec Madeleine Renaud dans le rôle de Winnie et Jean-Louis Barrault dans celui de Willie, eut lieu en septembre 1963 au Festival du Théâtre de Venise, où elle remporta un immense succès.

Fin octobre 1963, la pièce fut reprise par ces mêmes acteurs à Paris au Théâtre de l’Odéon. Elle a figuré ensuite durant de très nombreuses années au répertoire de la Compagnie Renaud-Barrault.


4. Molloy

Molloy Samuel Beckett

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

 » Je suis dans la chambre de ma mère « . Ainsi commençait la première page d’un roman publié à Paris en janvier 1951. L’auteur était un Irlandais inconnu qui écrivait en français. La presse saluait aussitôt l’apparition d’un grand écrivain :  » Si l’on peut parler d’événement en littérature, voilà sans conteste un livre événement  » (Jean Blanzat, le Figaro littéraire).

L’avenir allait confirmer ce jugement. Dès l’année suivante paraissait, du même auteur, En attendant Godot, une pièce qui allait faire le tour du monde et même éclipser quelquefois ce premier roman. Et pourtant, Molloy reste un livre majeur dans l’œuvre de Samuel Beckett.


5. Malone meurt

Malone meurt Samuel Beckett

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

De même que Dante chemine de cercle en cercle pour atteindre son Enfer ou son Paradis, de même Samuel Beckett situe-t-il, chacun dans un cercle bien distinct, les trois principaux protagonistes des romans de sa trilogie. Molloy, Malone meurt et L’Innommable, afin qu’ils atteignent, peut-être, le néant auquel ils aspirent.

D’un roman à l’autre, ce cercle est de plus en plus réduit. Beaucoup plus à l’étroit que Molloy, voici donc Malone figé dans une chambre close, gisant quasi immobile dans son lit, attendant sa mort prochaine. Le seul cheminement apparemment possible est celui du regard qu’il pose sur les objets qui l’entourent.

Cependant Malone possède un crayon et un cahier : il va écrire. Il va décrire son état par le menu, de façon tout à la fois savoureuse et bouleversante, mais aussi il va enfin s’exiler de soi vers la périphérie où réside l’imaginaire : il va pouvoir inventer.  » Vivre et inventer. […] vivre, faire vivre, être autrui, en moi, en autrui.  »

Dès lors, ce sont d’incessants allers et retours du centre jusqu’à la circonférence, cet ailleurs où prennent vie les personnages rocambolesques qu’il crée.  » Et doucement mon petit espace vrombit, à nouveau. Vous me direz que c’est dans ma tête, et il me semble souvent en effet que je suis dans une tête, que ces huit, non, ces six parois sont en os massif, mais de là à dire que c’est ma tête à moi, non, ça jamais.  »

Malone gagne ce domaine périphérique où tantôt il semble s’inventer lui-même, tantôt il se métamorphose en l’un ou l’autre des personnages qu’il invente. Est-il encore Malone ou serait-il devenu Macmann ?

Les limites deviennent floues, la frontière s’abolit entre l’écrivain Malone et ses personnages, comme aussi, fort subtilement, entre l’écrivain Samuel Beckett et Malone, son personnage. Malone meurt est l’œuvre dans laquelle, avec un humour extrême, une acuité et un sens poétique infinis, Samuel Beckett s’exprime le plus explicitement sur l’acte d’écrire…

error: Contenu protégé