Les 5 meilleurs livres de Junichirô Tanizaki

Les 5 meilleurs livres de Junichirô Tanizaki

Jun’ichirō Tanizaki est un écrivain japonais né le 24 juillet 1886 et mort le 30 juillet 1965 à Tokyo. Son œuvre révèle une sensibilité frémissante aux passions propres à la nature humaine et une curiosité illimitée des styles et des expressions littéraires.


1. Éloge de l’ombre

L’éloge de l’ombre Junichirô Tanizaki

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

L’auteur défend une esthétique de la pénombre par réaction à l’esthétique occidentale où tout est éclairé, s’employant à comparer divers usages de la lumière et de l’éclairage (des lieux d’aisance, par exemple) chez les Japonais et les Occidentaux. Ainsi, fidèle à l’esthétique du « sabi », il revendique la patine des objets par opposition à la manie de la propreté occidentale.


2. La clef – La confession impudique

La clef la confession impudique Junichirô Tanizaki

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Un respectable professeur d’université, à l’âge du démon de midi, ne parvient plus à satisfaire sa jeune femme dotée d’un tempérament excessif. Après avoir essayé divers excitants, il s’aperçoit que la jalousie est un incomparable stimulant.

Chacun des deux époux tient un journal, sachant très bien que l’autre le lit en cachette…

Un roman audacieux sur un sujet délicat.


3. Journal d’un vieux fou

Journal d’un vieux fou Junichirô Tanizaki

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Junichiro Tanizaki occupe une place à part dans l’univers de la littérature japonaise. Admiré, ayant reçu tous les honneurs, il n’a cependant fait partie d’aucune école et n’aura pas eu de disciples. Serait-ce la rançon de son absence d’engagement politique ou philosophique ?

Peu lui importe en somme, Tanizaki est un observateur qui se place à bonne distance de ses personnages, sans que cette réserve lui interdise toutefois d’insérer dans ses romans des éléments autobiographiques.

S’il est attiré par les êtres au comportement pervers et immoral, c’est pour mieux les perdre dans la folie et les démasquer par le biais d’une ironie féroce. Dans le Journal d’un vieux fou, un septuagénaire s’éprend de sa belle-fille, Satsuko.

Ses mœurs légères la poussent à accepter les caprices du vieillard. En échange de grâces médiocres, elle obtient ce qu’elle désire: l’argent, et la liberté de poursuivre ses frasques extraconjugales.

Un huis clos sulfureux au sein du modèle familial japonais où les codes qui nient l’individualité dissimulent mal cependant la jalousie, la passion ou la haine.


4. Le coupeur de roseaux

Le coupeur de roseaux Junichirô Tanizaki

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Lors d’une promenade autour d’un ancien palais impérial, le sanctuaire de Minase, le narrateur rencontre un homme étrange. Est-ce un fantôme, un esprit qui hante les lieux ? Celui-ci lui offre du saké et lui raconte l’histoire de la belle O-Yû, perverse et inaccessible..


5. Quatre sœurs

Quatre sœurs Junichirô Tanizaki

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Dans une vieille famille de commerçants aisés dont tout le monde connaît le nom à Osaka, quatre filles ont mené une vie luxueuse jusqu’à la mort de leur père. Sa disparition et les changements de vie dans le Japon de l’entre-deux-guerres les ont laissées dans une situation financière précaire.

Les deux aînées sont mariées. Leur destin est tout tracé, mais celui des cadettes ?

Youki ko, timide, fidèle aux coutumes anciennes, refuse les uns après les autres des prétendants qu’elle juge indignes d’une alliance avec sa famille. Elle épouse le fils d’un vieux noble de la cour.

Tae ko, la plus jeune, est moins conformiste : elle travaille pour gagner sa vie, part vivre avec le fils d’un joaillier, le quitte pour un photographe, et finit par épouser un barman, après la naissance de leur enfant.

error: Contenu protégé