Les 5 meilleurs livres sur la guerre d'Indochine

Les 5 meilleurs livres sur la guerre d’Indochine

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur la guerre d’Indochine.


1. La guerre d’Indochine – L’enlisement – L’humiliation – L’aventure (Lucien Bodard)

La guerre d’Indochine – L’enlisement – L’humiliation – L’aventure Lucien Bodard

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Les trois volumes de La Guerre d’Indochine, pour la première fois réunis en un seul volume. Lucien Bodard balaie en près de mille deux cents pages quinze années tragiques où se mêlent l’espoir et les larmes.

Parce qu’il a croisé les acteurs de cette guerre, il les fait revivre avec force : Giap, de Lattre, Bao Dai et les autres. C’est le récit d’un auteur qui a vécu son sujet, qui sait les dangers de la jungle, la fraîcheur des hauts plateaux.

Et il y a ces lieux, oubliés parfois, Dien Bien Phu, bien sûr, mais aussi Vinh Yen, Lang Son, Cao Bang, la R.C.4… Lieux amers et drôles. Qui se souvient du Saïgon des bandits, des piastres et des jeux, cité de jouissance célèbre dans tout l’Orient ?

De l’aventure à l’humiliation, des jours tendres aux pluies cruelles, voici l’histoire d’une guerre, l’histoire de deux pays, passion désordonnée et proche où notre innocence s’est perdue.

À propos de l’auteur

Lucien Bodard, né à Chongqing en Chine le 9 janvier 1914 et mort le 2 mars 1998 en son domicile du 7ᵉ arrondissement de Paris, est un écrivain et un journaliste français ancien grand reporter à France Soir et récompensé par le Prix Goncourt en 1981 et le Prix interallié en 1973.


2. Par le sang versé – La Légion étrangère en Indochine (Paul Bonnecarrère)

Par le sang versé Paul Bonnecarrère

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Leur guerre a duré quinze ans, depuis les rives du Rhin ou de l’Oder en 1940 jusqu’à la cuvette de Diên Biên Phu en 1954. Soldats français en rupture de Vichy ou héros de la France libre, soldats de la Wehrmacht ou des marches de l’Est européen, génération broyée par un conflit planétaire, ils se sont tissés une aventure comme on joue une dernière carte.

Loin d’être des héros de papier ou de cinéma, ils sont ici saisis dans le quotidien d’une guerre d’escarmouches, de coups de main, de traques, parfois sale, parfois glorieuse, toujours à recommencer.

De l’arrivée de Leclerc au désastre de Cao Bang en 1950, de stratégies nouvelles en opérations de la dernière chance jusqu’à Diên Biên Phu, on voit ces hommes pister le train blindé de Hô Chi Minh, retrouver les réflexes de 1941, s’infiltrer parmi une population désemparée, céder à la fascination du Vietnam et y laisser une partie de leur âme.

Paul Bonnecarrère fut correspondant de guerre en Indochine, à Suez et en Algérie. Un témoignage sans équivalent sur le quotidien des combattants du Vietnam.

À propos de l’auteur

Paul Bonnecarrère est né en 1925 et disparu en 1977. Engagé volontaire dans les chasseurs parachutistes en 1944, il devient après le conflit correspondant de guerre en Indochine, à Suez et en Algérie. Il a écrit plusieurs ouvrages, qui témoignent de son expérience de la guerre.


3. Les services secrets en Indochine (Jean-Marc Le Page)

Les services secrets en Indochine Jean Marc Le Page

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

L’affaire de l’opium, le trafic des piastres, les drames de Diên Biên Phu ou de la RC4, le « Roi Jean » : dans tous ces épisodes, les services de renseignement français ont joué un rôle majeur.

Lorsque le corps expéditionnaire français débarque sur les quais de Saigon, le commandement ignore qu’il s’engage dans un conflit de huit années. La guerre que les Français vont mener dans les villes, les rizières ou les montagnes calcaires de la Haute-Région n’a rien à voir avec les guerres européennes qu’ils connaissent.

Les services français vont devoir réinventer leurs techniques et méthodes pour réduire l’influence de leur adversaire, aussi bien les divisions de choc du corps de bataille de la République démocratique du Viêt Nam, que les agents, membres des comités d’assassinats, qui sèment la terreur dans les villes et campagnes d’Indochine.

Le 2e bureau, le SDECE, la Sûreté doivent faire preuve d’une grande ingéniosité : ils écoutent et décryptent les communications, ils intoxiquent les services adverses, épient les mouvements de l’adversaire. Ils dirigent des centaines d’agents et d’informateurs qui doivent s’infiltrer en territoire contrôlé par le Viêt-minh.

Parfois, ils se compromettent gravement pour pallier leur manque de ressources ou pour trouver des informations auprès de « rebelles » qui ne souhaitent pas les leur livrer : guerre de l’opium, emploi de la torture, etc.

Les officiers de renseignement croisent sur leur route les « alliés » des autres services occidentaux et en premier lieu les « Américains pas toujours tranquilles » de la jeune CIA qui font leur apprentissage de la guerre au Viêt Nam.

Entre les services, la coopération s’accompagne de suspicion. Les services en Indochine constituent un vaste archipel du renseignement décrit pour la première fois avec précision par un historien ayant eu accès à de nombreuses archives inédites.

À propos de l’auteur

Jean-Marc Le Page est docteur en histoire, diplômé de l’IEP de Paris. Spécialiste de l’histoire du renseignement et de la guerre d’Indochine, il a publié de nombreux articles sur ces questions et participé à l’ouvrage Les espions français parlent (Nouveau Monde éditions, 2011).

Il est actuellement professeur d’histoire-géographie dans les Côtes d’Armor.


4. Commandos de choc en Indochine (Erwan Bergot)

Commandos de choc en Indochine Erwan Bergot

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Ils étaient une poignée de commandos de choc, radios, saboteurs et partisans. Leurs seules armes dans l’Indochine embrasée par le plus impitoyable des conflits : le courage et une connaissance unique de tous les pièges de la guerre secrète.

Pendant neuf ans, les forêts inaccessibles et les montagnes envahies de jungle de la frontière de Chine et du Haut-Laos furent leur terrain de chasse. Parachutés en 1945 derrière les lignes japonaises, ils affrontèrent à un contre mille les toutes-puissantes armées du Mikado.

Après la capitulation nippone, ils libérèrent des territoires entiers, bousculant, avec la furia francese, nationalistes viets, Chinois et Américains. Lorsque la guerre d’Indochine s’installa, ils soulevèrent les tribus des montagnes et des hauts plateaux, mirent en place d’invincibles maquis sur les arrières ennemis, se taillèrent d’inexpugnables royaumes en pays viêt-minh.

Leur épopée oubliée est un document unique sur les occasions perdues de la guerre d’Indochine. Préfacé par le général Bigeard, c’est aussi un grand livre sur le courage.

À propos de l’auteur

Erwan Bergot, né le 27 janvier 1930 à Bordeaux et mort le 1ᵉʳ mai 1993 à Paris, est un écrivain et journaliste français, ancien officier parachutiste.


5. Tonkin – Guerre d’Indochine : 1950-1954 – Journal d’un soldat inconnu (Anonyme)

Tonkin – Guerre d’Indochine 1950 1954 – Journal d’un soldat inconnu Anonyme

Disponible sur Amazon

C’est d’une manière totalement ahurissante que ce manuscrit a connu le jour ! En effet, il a été découvert dans un faitout, au fond d’un carton qui a été remis, par erreur, à madame M… Depuis ce jour elle est, avec les Editions Jean-Michel Bordessoules, à la recherche de l’auteur.

Mais un tel récit aussi précis, et d’une telle authenticité sur les réalités de la guerre d’Indochine, méconnue et souvent oubliée, méritait d’être publié. En lisant ce journal du sous-officier Bessière, on découvre l’intensité des batailles et la manière dont les troupes les vivaient au quotidien dans leur intimité.

Leurs doutes, leurs peurs et leurs espoirs, mais aussi une très belle et émouvante histoire d’amitié entre deux soldats que les combats ont rapprochés.

Etre frères d’armes au Tonkin, sur la fameuse « Zone Frontière », nous donne à mieux comprendre ce qu’il y a d’humanité et de sensible au sein même de l’extraordinaire violence de la guerre.

À propos de l’auteur

Aucune information disponible.

error: Contenu protégé