Les 5 meilleurs livres de Gilbert Cesbron

Les 5 meilleurs livres de Gilbert Cesbron

Gilbert Cesbron, né le 13 janvier 1913 à Paris et mort le 12 août 1979 à Paris, est un écrivain français d’inspiration catholique.


1. Chiens perdus sans collier

Chiens perdus sans collier (Gilbert Cesbron)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Des hommes, des femmes, animés par une vocation irrésistible, se penchent sur les pauvres gosses dont la famille est indigne et sur ceux, plus malheureux encore, qui n’ont pas de famille du tout. Le « juge d’enfants » est un personnage caractéristique et bien mal connu de notre époque.

Dans ce livre, Gilbert Cesbron le fait vivre et agir. Son problème, c’est celui de chaque père envers ses enfants, celui de chaque homme face à cet univers fermé et si souvent lucide : le monde des gosses.


2. Notre prison est un royaume

Notre prison est un royaume (Gilbert Cesbron)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

François, Pascal, Hardrier, Fauchier-Delmas, tels sont les quatre mousquetaires qui règnent sur la part de rêves et de détresses secrètement entretenue dans le monde clos d’un lycée parisien. Parce que Pascal s’est donné la mort, le chahut quotidien prend pour les trois camarades l’allure d’une enquête à la fois dérisoire et pathétique.

Sous le jeu des plaisanteries d’écoliers, de généreuses illusions se dissipent et les exploits saugrenus des lycéens en révolte se teintent de mélancolie. Quand François découvrira la réponse à sa question « pourquoi Pascal s’est-il suicidé ? » il tournera la page de l’insouciance et de la frivolité poétiques.

Dans une fresque, souvent haute en couleur, Cesbron évoque avec la verve d’un véritable conteur les anecdotes émouvantes ou cocasses qui forment la vie d’un lycée. Élèves turbulents, professeurs graves et ridicules, autorités solennelles et méprisées composent un monde qui possède ses propres lois et s’érige aux frontières du merveilleux et du sordide.


3. C’est Mozart qu’on assassine

C’est Mozart qu’on assassine (Gilbert Cesbron)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Martin a sept ans, l’âge où l’amour de ses parents devrait guider ses premiers pas dans l’apprentissage de la violence et de l’injustice du monde. C’est au contraire l’instant où la fin de leur union va faire basculer son univers dans les histoires sordides des adultes, va briser en lui toutes les qualités de l’enfance, sa pureté, son génie propre.

Gilbert Cesbron trouve ici ses accents les plus bouleversants pour analyser le drame de cet enfant, ce « Mozart assassiné », qui voit peu à peu s’effondrer autour de lui toutes les valeurs d’amour et de droiture qu’il avait jusqu’alors connues. Mais, dans ce siècle de violence, d’égoïsme et d’impureté, le chemin de croix de Martin n’est-il pas celui de la majorité des enfants d’aujourd’hui ?


4. Il est minuit docteur Schweitzer

Il est minuit docteur Schweitzer (Gilbert Cesbron)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Dans un hôpital primitif du Gabon, en pleine brousse, un homme joue du piano. Une voix vient l’interrompre. « Il est minuit, docteur Schweitzer »: Marie, son assistante, rappelle au chirurgien la nécessité du repos. Mais déjà monte de la nuit le message d’un tam-tam : on apporte un enfant malade à N’tchinda, « celui qui coupe bien ».

Cependant nous sommes le 1er août 1914 : la Guerre, l’Amour, la Mort entrent en scène. Aux côtés de Schweitzer, des personnages, dans lesquels on n’aura pas de mal à reconnaître Lyautey et le père de Foucauld, sont les protagonistes d’une tragédie qui, en deux nuits, conduit à un dénouement dramatique autant que vigoureusement historique.


5. Les Saints vont en enfer

Les Saints vont en enfer (Gilbert Cesbron)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Si le roman de Cesbron n’a rien perdu de son pouvoir émotionnel, bien que le problème des prêtres ouvriers ait changé d’éclairage, c’est qu’il jette une lumière impitoyable sur la misère dans les quartiers populaires.

Marcel l’ivrogne qui bat son gosse, Ahmed le Nord-Africain indicateur de police, Suzanne la prostituée convertie. Tout un monde d’épuisement et de déchéance entoure Pierre, le successeur du père Bernard, et donne un sens à son sacrifice. Alors que Bernard a abandonné le combat, Pierre est décidé à le mener jour après jour tout en sachant qu’il n’aura jamais de fin.

Dans Les saints vont en enfer, Gilbert Cesbron reconstitue la vie d’un coin de banlieue industrielle : ses drames, ses souffrances, ses révoltes, avec la force mais aussi la tendresse qui caractérisent toute son œuvre.

error: Contenu protégé