Les 5 meilleurs livres sur les Aborigènes

Les 5 meilleurs livres sur les Aborigènes

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur les Aborigènes.


1. En terre aborigène – Rencontre avec un monde ancien (François Giner)

En terre aborigène – Rencontre avec un monde ancien François Giner

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Leur culture vieille d’au moins 40 000 ans est l’une des plus anciennes de l’humanité. Jusqu’à l’arrivée des Européens à la fin du XVIIIe siècle, les Aborigènes ont vécu de chasse, de pêche et de cueillette en harmonie avec une terre à laquelle ils appartenaient et qui nourrissait leur spiritualité, leurs coutumes et leur organisation sociale.

Estimés à 350 000 en 1788, les Aborigènes n’étaient plus que 50 000 en 1966 et il ne reste aujourd’hui pas grand chose des 500 tribus d’origine.

L’intrusion des Blancs dans leur univers traditionnel a été d’une incroyable brutalité : exterminés ou réduits en esclavage avant d’être brutalement assimilés, décimés par les maladies et l’alcoolisme. Aujourd’hui, la plupart ne survivent plus que dans une misère désespérante et les plus jeunes perdent souvent tout contact avec leur ancienne culture.

Originaire de l’Hérault, François Giner s’est immergé depuis 20 ans dans l’univers des Aborigènes. Il vit aujourd’hui dans une région reculée de la Terre d’Arnhem (à 700 km au sud de Darwin), au cœur de 400 000 hectares de bush. Un territoire appartenant au clan des Ngklabon. George Jangawanga, vieux sage aborigène, lui a accordé le premier son amitié, puis sa confiance, avant de lui donner un nom, Balang, et de le prendre pour frère.

Avec les Ngklabon, François Giner va monter un projet de développement économique basé sur le tourisme culturel : l’établissement d’un camp qui accueille de petits groupes de voyageurs pendant la saison sèche.

Son récit oscille sans cesse entre la beauté des paysages du bush, la richesse des traditions ancestrales, les récits de la création du monde, les rites complexes qui sont toujours respectés, mais aussi la lente dégradation des rapports humains, la désaffection des jeunes pour les coutumes, les ravages de l’alcool et de la drogue liés aux problèmes d’identité et de racisme, la colère et le désespoir des anciens, dépositaires de secrets qu’ils ne peuvent plus transmettre à quiconque.

Teinté de respect et d’affection, ce témoignage d’une rare authenticité restitue aux aborigènes d’Australie une humanité que deux siècles de colonisation leur a pour ainsi dire dénié.

À propos de l’auteur

François Giner est auteur de En terre aborigène, ma rencontre avec un monde ancien chez Albin Michel et a choisi de vivre parmi les aborigènes de la Terre d’Arnhem en Australie


2. Message des hommes vrais au monde mutant – Une initiation chez les aborigènes (Marlo Morgan)

Message des hommes vrais au monde mutant – Une initiation chez les aborigènes Marlo Morgan

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

On les appelle le peuple sauvage. Lorsque Marlo Morgan, Américaine tranquille, rencontre cette tribu d’aborigènes australiens, elle ne sait pas que sa vie va être bouleversée. Dépouillée de ses vêtements, déconnectée de sa culture, la  » mutante  » est propulsée, pieds nus, dans le bush australien.

Au contact de ses étranges compagnons, entre la peur et l’émerveillement, elle va apprendre à remplacer les médicaments par les plantes, les pièces de téléphone par la télépathie, le stress par la communion avec la nature et animaux.

Recevoir les dons généreux du hasard, devenir réel, entendre les messages de la nature auxquels nous sommes devenus sourds : tel est l’enseignement de ce récit insolite qui nous ouvre les portes d’une sagesse vieille de cinquante mille ans. Écoutons battre, jaillies du désert, les pulsations d’une vie très ancienne : un monde de pureté nous est offert.

À propos de l’auteur

Marlo Morgan est une écrivaine américaine, auteure du best-seller controversé Message des hommes vrais au monde mutant : Une initiation chez les aborigènes.


3. La peinture aborigène (Stéphane Jacob, Pierre Grundmann, Maïa Ponsonnet)

La peinture aborigène Stéphane Jacob Pierre Grundmann Maïa Ponsonnet

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

En Australie, à partir des années 1970, sont apparues des peintures incroyablement novatrices, les chefs-d’œuvre des artistes du désert.

Le monde découvrit ces artistes étonnants, de vieux cow-boys, des femmes de 80 ans, qui peignaient des œuvres exceptionnelles, sans jamais avoir reçu de formation aux techniques plastiques occidentales. Ils s’étaient appropriés de nouveaux matériaux, comme la peinture acrylique et la toile, et avaient créé un style immédiatement reconnaissable.

Devant nos yeux, dans les déserts et les savanes du continent le plus éloigné de l’Europe, est né un mouvement artistique majeur. Un art qui n’existe nulle part ailleurs. La peinture du désert ne correspond en rien aux codes et aux canons de l’art étiqueté « primitif » ou « premier ». Elle évoque les recherches formalistes de l’avant-garde occidentale.

Ce livre donne des clés culturelles pour pénétrer les niveaux de signification de cet art et montre comment ces artistes ont su adapter et réinventer une tradition pour produire des œuvres et des styles uniques.

À propos de l’auteur

Stéphane Jacob, dirige la galerie « Arts d’Australie ». Spécialiste de l’art aborigène, il s’attache depuis 1996 à faire connaître l’art et les artistes contemporains d’Australie.

Pierre Grundmann, journaliste et écrivain franco-australien. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Australie (Autrement), L’Etat du monde, Australie (La Découverte, 2011), Australie (Larousse).

Maïa Ponsonnet, ethnologue et linguiste, spécialiste des dialectes Dalabon et Kriol. Elle a notamment publié Les Nouveaux Chants du kangourou (Autrement, 2008).


4. Un homme de sagesse – Paroles de Banjo Clarke, aborigène australien (Camilla Chance)

Un homme de sagesse – Paroles de Banjo Clarke aborigène australien Camilla Chance

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Banjo Clarke est un ancien aborigène australien né dans les années 1920 dans la forêt de Framlingham, dans l’état de Victoria. Au moment de son décès, il était connu et aimé de milliers de personnes pour sa sagesse et sa bonté.

Keith Hamilton, le ministre délégué des Affaires aborigènes de l’état de Victoria, en parlait ainsi: « J’ai rencontré Nelson Mandela, et Banjo était de la même étoffe ».

Pendant la Grande Dépression, Banjo sillonna les routes à la recherche de travail, son swag sur le dos. Il combattit dans la célèbre troupe de boxe de Jimmy Sharman, construisit des routes pour l’armée pendant la Seconde Guerre Mondiale, et avait 67 petits-enfants au moment de sa mort.

Malgré toutes les difficultés auxquelles il fut confronté, il choisit toujours d’aimer et de pardonner. Il puisait sa force dans sa culture ancienne, ses croyances spirituelles et la profonde relation qu’il avait avec sa terre. Il était certain qu’en respectant la terre, le monde pouvait être sauvé. C’est ce que le conduisit à raconter son histoire.

À propos de l’auteur

Camilla Chance est née en Angleterre en 1940. Elle a fait ses études à Londres, en Suisse, en Italie et en Australie. Elle est diplômée d’une licence en arts de l’Université de Melbourne.

Camilla rencontra Banjo Clarke (1922-2000), ancien aborigène en 1975 et a écrit « Un homme de sagesse » (Wisdom Man, 2004) à sa demande. Le livre devint un best-seller en Australie dès sa sortie et a remporté des prix internationaux.

En 2005, Camilla fut aussi la première non-aborigène à se voir décerner par la communauté aborigène le prestigieux « Prix des héros méconnus » en l’honneur de son travail dévoué mené « à l’abri des regards » et de son amitié sans faille pour les aborigènes.


5. L’art aborigène (Marine Degli, Olivier Morel)

L’art aborigène Marine Degli Olivier Morel

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

En Australie, l’art aborigène remonte à plus de 30 000 ans, comme le prouvent certaines traces de peintures rupestres. À travers leurs peintures, sculptures, gravures et outils, les Aborigènes rendent hommage à l’esprit de leurs anciens.

Longtemps méprisé par les Blancs, cet art premier est devenu l’un des plus populaires dans le monde. En témoignent les nombreuses expositions en galerie et musées qui lui sont consacrées en France.

À propos de l’auteur

Marine Degli, l’auteur des textes, est chargée d’étude au musée du Quai Branly. Elle a écrit de nombreux livres. Elle a un style clair, simple et précis.

Olivier Morel, l’auteur des activités, est artiste et professeur dans une école préparatoire aux grandes écoles d’art plastique. Egalement auteur de livres, son approche est à la fois drôle et très instructive.

error: Contenu protégé