Les 5 meilleurs livres de René Guénon

Les 5 meilleurs livres de René Guénon

René Guénon, également connu sous le nom d’Abd al-Wâhid Yahyâ, né le 15 novembre 1886 à Blois, en France, et mort le 7 janvier 1951 au Caire, en Égypte, est un auteur français, « figure inclassable de l’histoire intellectuelle du XXᵉ siècle ».


1. La crise du monde moderne

La crise du monde moderne René Guénon

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

 » Un des caractères particuliers du monde moderne, c’est la scission qu’on y remarque entre l’Orient et l’Occident. […] Il peut y avoir une sorte d’équivalence entre des civilisations de formes très différentes, dès lors qu’elles reposent toutes sur les mêmes principes fondamentaux, dont elles représentent seulement des applications conditionnées par des circonstances variées.

Tel est le cas de toutes les civilisations que nous pouvons appeler normales, ou encore traditionnelles ; il n’y a entre elles aucune opposition essentielle, et les divergences, s’il en existe, ne sont qu’extérieures et superficielles.

Par contre, une civilisation qui ne reconnaît aucun principe supérieur, qui n’est même fondée en réalité que sur une négation des principes, est par là même dépourvue de tout moyen d’entente avec les autres, car cette entente, pour être vraiment profonde et efficace, ne peut s’établir que par en haut, c’est-à-dire précisément par ce qui manque à cette civilisation anormale et déviée.

Dans l’état présent du monde, nous avons donc, d’un côté, toutes les civilisations qui sont demeurées fidèles à l’esprit traditionnel, et qui sont les civilisations orientales, et, de l’autre, une civilisation proprement antitraditionnelle, qui est la civilisation occidentale moderne.  »


2. Le règne de la quantité et les signes des temps

Le Règne de la quantité et les signes des temps René Guénon

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le Règne de la Quantité (1945) est un des derniers ouvrages de l’auteur (mort en 1951) et, de ce fait, est fort de l’expérience d’une vie vouée à l’étude de la spiritualité et de la tradition. Derrière son titre intrigant, l’ouvrage constate la déchéance dans laquelle se trouve le monde moderne (i.e. occidental), dépositaire et dispensateur de la pensée matérialiste, qui résume toute chose à la quantité, c’est-à-dire à la substance, aspect le plus grossier de l’existence manifestée.

Le pendant nécessaire de cette tendance est la perte de conscience progressive et accélérée de la qualité des choses, c’est-à-dire de leur essence, de leur part spirituelle – et donc de la qualité de l’individu lui-même. Cet état d’avilissement, qui entraîne toute sorte de dévoiements sociaux que l’auteur analyse, correspond selon lui à la fin d’un cycle cosmique (désigné par la tradition hindoue en le Kali-Yuga), et est censé conduire à la dissolution de ce monde de façon inévitable.

Les forces en jeu sont proprement inéluctables et qualifiées, sans détour, de sataniques, leur propos étant, de fait, l’incarnation de l’Antéchrist en personne, appelé à régner sur une humanité réduite à l’esclavage dans l’obscurité la plus complète, avant un redressement brusque vers le haut, qui marquera la fin d’un temps.


3. Orient et Occident

Orient et Occident René Guénon

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

On peut diviser sommairement l’œuvre de René Guénon (1886-1951) en 2 grandes parties : d’une part l’exposé purement métaphysique – tel qu’on le découvre par exemple dans les États multiples de l’être ou Le Symbolisme de la croix- et d’autre part la critique du monde moderne qui présuppose d’ailleurs cet éclairage doctrinal.

Orient et Occident – dont la parution en 1924 eut un retentissement considérable dans les milieux intellectuels – appartient à cette seconde partie du message guénonien. Grâce, justement au point de vue intemporel de l’auteur, le caractère véritablement prophétique de ce livre nous apparaît plus clairement encore qu’aux contemporains puisque les tares et les menaces qu’il dénonce n’ont fait que s’aggraver depuis lors.

Le propos de Guénon était d’éviter ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui le « choc des civilisations », en présentant, un Occident en déshérence oublieux de son propre patrimoine spirituel, les richesses d’un Orient largement ignoré, ou défiguré. Comme on l’a dit très justement, ce métaphysicien fut un passeur entre les mondes, un artisan de paix entre des peuples qui se haïssaient faute de se connaître.

Que le désordre occidental se soit depuis lors largement étendu à l’Orient et que la haine ait encore creusé le fossé entre les peuples, cela n’invalide en aucune façon l’exposé de Guénon qui n’en revêt au contraire qu’une actualité plus brûlante. Et les dernières lignes d’Orient et Occident sonnent plus de 80 ans après comme une exhortation destinée à ceux qui, au sein du chaos actuel, doivent préparer qu’on le veuille ou non, un véritable renversement des pôles intellectuels : « Quand on a pour soi la puissance de la vérité, n’eût-on rien d’autre pour vaincre les plus redoutables obstacles, on ne peut céder au découragement car cette puissance est telle que rien ne saurait prévaloir finalement contre elle ; il n’y a pour en douter, que ceux qui ne savent pas que tous les déséquilibres partiels et transitoires doivent nécessairement concourir au grand équilibre total de l’Univers. »


4. Le roi du monde

Le roi du monde René Guénon

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Qui est le Roi du monde ?

Avec sa verve coutumière, René Guénon, grand occultiste, nous fait découvrir des trésors d’ésotérisme en s’intéressant à la Grèce, Rome, la Bible, l’Islam ou encore Jésus. Il démontre qu’il existe sur Terre des lieux de pouvoirs, des lieux occultes qui sont des images d’un centre du monde ‘ à la fois géographique et spirituel ‘ dans lequel opère un être mystérieux dont la nature est connue depuis la nuit des temps.


5. Le symbolisme de la croix

Le Symbolisme de la Croix René Guénon

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le Symbolisme de la croix est un ouvrage ésotérique développé sur le thème de la croix comme symbole commun à la plupart des traditions, à savoir une représentation du monde horizontal et du monde vertical.

Guénon n’entend pas discuter de la croix du crucifix, même s’il n’évite pas le sujet, mais de l’Homme structuré spirituellement comme une croix.

Il s’agit de concevoir l’Etre comme l’alternance d’un état spirituel ascendant ou descendant, croisant perpendiculairement les manifestations de ses possibilités.

Cette structure nous conditionne et nous détermine. Swastika, tissage, croix du Christ, Arbre de Vie, etc. Nous sommes des êtres intimement liés au divin et perdus dans la réalité.

error: Contenu protégé