Les 5 meilleurs livres de Jean Raspail

Les 5 meilleurs livres de Jean Raspail

Jean Raspail, né le 5 juillet 1925 à Chemillé-sur-Dême, est un écrivain et explorateur français. Jean Raspail a reçu en 2003 le Grand Prix de littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre.


1. Le camp des saints

Le Camp des saints Jean Raspail

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Dans la nuit, sur les côtes du Midi de la France, cent navires à bout de souffle se sont échoués, chargés d’un million d’immigrants.

Ils sont l’avant-garde du Tiers-Monde qui envahit pacifiquement l’Occident pour y retrouver l’espérance. A tous les niveaux, conscience universelle, gouvernements, équilibre des civilisations, et surtout chacun en soi-même, on se pose la question, mais trop tard: que faire ? C’est ce choc inéluctable que raconte Le Camp des Saints. Le thème de ce livre prophétique, paru pour la première fois en 1973, relève aujourd’hui de la réalité.

Ce qu’avait imaginé l’auteur il y a vingt ans, nous commençons dès à présent à le vivre. Nous sommes tous les acteurs du Camp des Saints. C’est notre destin, celui de l’homme blanc, qu’il nous raconte. Le Camp des Saints a fait l’objet de nombreuses éditions étrangères.


2. L’anneau du pêcheur

L’Anneau du pêcheur Jean Raspail

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Qui est ce vieux prélat vagabond qui, lorsqu’on l’interroge, répond simplement :  » Je suis Benoît  » ? Un usurpateur ? Un illuminé ? Pourquoi les Services secrets du Vatican lacent-ils sur ses traces leur meilleur agent ? Le Saint-Siège se sentirait-il menacé ? Nous sommes pourtant en 1993.

L’autorité de Rome n’est plus contestée depuis le concile de Constance qui déposa Benoît XIII, le dernier des antipapes d’Avignon, en 1417. La trace de  » Benoît  » s’est perdue, entre Provence et Aveyron. Le Grand Schisme qui déchira l’Eglise catholique est oublié. La querelle est éteinte, l’affaire close. Close à jamais ? Qui donc peut l’affirmer ? Réveillant une polémique qui remonte au Moyen Age,

L’Anneau du pêcheur, œuvre troublante et visionnaire, dont l’intrigue se noue au cœur d’une histoire de la papauté savamment retracée, sème le doute chapitre après chapitre : et si ce vieil homme à bout de forces était en fait le vrai pape ? Tenant à la fois de la fable mystique, du récit d’aventures et du roman d’espionnage religieux, il envoûte par la beauté de son style, la ferveur qui l’anime et l’ingéniosité de sa construction.

Plus que jamais, Jean Raspail, défenseur passionné des causes perdues et des traditions oubliées, s’affirme comme un écrivain au talent souverain.


3. Qui se souvient des hommes…

Qui se souvient des hommes… Jean Raspail

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Ils s’appelaient eux-mêmes les Hommes.

Ils étaient parvenus à cette extrémité de la terre – qui devait, bien plus tard, être nommée Terre de Feu -, au terme d’une si longue migration qu’ils en avaient perdu la mémoire. Sans cesse poussés par de nouveaux envahisseurs, ils avaient traversé un continent et des millénaires dans l’ignorance et la peur. Ils s’étaient établis là où, semblait-il, nul ne pouvait les rejoindre, tant sont cruels le ciel, la terre et la mer dans cet enfer austral.

Ils furent peut-être un peuple ; ils ne furent plus que des clans, puis des familles. Un jour, et c’est demain, il n’y aura plus que Lafko – Lafko, fils de Lafko, fils de Lafko depuis le fond des âges -, le dernier des Hommes, celui que nous voyons, à la première et à la dernière page de ce livre, tenter de trouver dans la tempête la grève où il pourrait mourir, seul sous le regard de Dieu. Dans l’intervalle, depuis le rêve de Henri le Navigateur et l’apparition des vaisseaux de Magellan, les Hommes, ces  » sauvages « , ont regardé passer l’Histoire et l’ont subie.

Demain, Lafko va se perdre dans la nuit. Qui se souvient des Hommes ? Jean Raspail, pour avoir rencontré l’un des derniers canots des Alakalufs (tel est leur nom moderne), ne les a pas oubliés. Dans ce livre – que, faute de mieux, il qualifie de  » roman « , mais  » épopée  » ou  » tragédie  » seraient sans doute plus exacts -, il recrée le destin de ces êtres, nos frères, que les hommes qui les virent hésitèrent à reconnaître comme des hommes. C’est une immense et terrible histoire.

Et c’est un livre comme il n’en existe pas aujourd’hui, et dont on sort transformé.


4. Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie

Moi Antoine de Tounens roi de Patagonie Jean Raspail

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Sur une modeste tombe d’un petit cimetière du Périgord, on peut lire cette épitaphe: Ci-gît Orélie-Antoine Ier, roi de Patagonie, décédé le 18 septembre 1878. La plus étrange épopée qui se puisse concevoir…

Durant les vingt-huit années du règne d’Orélie-Antoine, le rêve et la réalité se confondent aux bornes extrêmes du monde, là-bas, en Patagonie, au détroit de Magellan. Qui est Antoine de Tounens, roi de Patagonie, conquérant solitaire, obscur avoué périgourdin embarqué sur les flottes de la démesure, son pavillon bleu, blanc, vert claquant aux vents du cap Horn ? Un fou ? Un naïf ? Un mythomane ? Ou plus simplement un homme digne de ce nom, porteur d’un grand destin qu’il poursuivra toute sa vie en dépit des échecs, des trahisons, des sarcasmes qui peupleront son existence…

Es-tu roi de Patagonie ? Je le suis ! Il n’en démordra pas. Roi il fut, quelques jours au moins, et toute une vie. Des sujets, il en eut : Quillapan, cacique des Araucans, Calfucura, cacique des Patagons, mais aussi Verlaine, Charles Cros, le commodore Templeton, le général Chabrier, l’amiral Dumont d’Urville, l’astronome Camille Flammarion, le colonel von Pikkendorff, Véronique, reine de Patagonie, aux multiples visages, et tant d’autres, le cœur débordant d’émotion, qui se déclarèrent un jour ou l’autre, l’espace d’un instant, sujets du roi Orélie-Antoine.

Car nous sommes tous des Patagons. Là-bas, en Patagonie, l’homme devient roi. Sa longue nuit s’illumine


5. Sire

Sire Jean Raspail

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Une nuit de février 1999, Philippe Pharamond de Bourbon, descendant des Capétiens, est sacré roi de France dans la cathédrale de Reims.

Mais la France endormie n’a rien su de l’équipée qui, depuis l’Atlantique, l’a mené à cheval à Saint-Benoît-sur-Loire, puis Saint-Denis, échappant au limier des Renseignements généraux que le ministre de l’Intérieur a mis à ses trousses.

Roman monarchiste ? Non, roman tout court. Mêlant l’histoire à la légende et le merveilleux au réel, nous entraînant de l’énigme de la sainte ampoule à la France des autoroutes et des multinationales, Jean Raspail nous conte ici, bondissante comme un thriller, une histoire de chevalerie au plus haut sens du mot, celui de la Table ronde et de la quête du Graal.

error: Contenu protégé