Les 5 meilleurs livres sur l'histoire du Yémen

Les 5 meilleurs livres sur l’histoire du Yémen

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur l’histoire du Yémen.


1. Le Yémen – De l’Arabie heureuse à la guerre (Laurent Bonnefoy)

Le Yémen - De l'Arabie heureuse à la guerre (Laurent Bonnefoy)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le Yémen a longtemps fasciné bien des voyageurs, parfois illustres, d’Ibn Battuta à Arthur Rimbaud et André Malraux. Il apparaît comme l’incarnation d’une authenticité tant arabe que musulmane. Toutefois, bien que pris dans les soubresauts de l’histoire mondiale (colonisation, guerre froide et terrorisme) et occupant une place stratégique à la croisée des continents, il reste mal connu et perçu comme marginal et passif.

Patrie d’origine de la famille Ben Laden, lieu où l’attentat contre Charlie Hebdo a été commandité, le Yémen a émergé en tant que menace à la sécurité internationale dans le contexte de la guerre mondiale contre le terrorisme et a vu son image se détériorer. L’offensive armée saoudienne lancée en mars 2015 en a fait une victime directe de la lutte entre puissances régionales.

L’ambition de cet ouvrage est de dépasser ces perceptions catastrophistes et cette lecture purement sécuritaire pour s’intéresser aux modes d’intégration du Yémen dans les relations internationales. Il s’agit, à partir de figures et d’interactions spécifiques (du diplomate au terroriste en passant par le migrant et l’artiste), d’analyser la place qu’occupent cet État et cette société dans les enjeux contemporains.

Car le Yémen, loin d’être une marge, se trouve au cœur de processus fondamentaux qui ont trait aux flux transnationaux, aux mécanismes de domination et aux résistances qu’ils engendrent. Mieux le comprendre, c’est aussi mieux appréhender un Moyen-Orient et un monde en crise.

À propos de l’auteur

Laurent Bonnefoy est chercheur CNRS au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po. Spécialiste des mouvements islamistes dans la péninsule Arabique et arabisant, il a séjourné quatre ans à Sanaa et dans les provinces du Yémen.

Il est notamment l’auteur de Salafism in Yémen. Transnationalism and Religious Identities (Hurst, 2011) et a codirigé Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politique (La Découverte, 2013).


2. Le Yémen contemporain (Rémy Leveau, Frank Mermier, Udo Steinbach)

Le Yémen contemporain (Rémy Leveau, Frank Mermier, Udo Steinbach)

Disponible sur Amazon

Seule république de la péninsule Arabique, le Yémen, avec ses seize millions d’habitants, en est aujourd’hui le pays le plus peuplé. Son unification en 1990, parachevée quatre ans plus tard à l’issue de la guerre inter-yéménite de 1994 (5mai-7juillet), a accru son importance politique et stratégique dans la région.

Il se singularise, dans ce contexte, par une expérience démocratique mise en place depuis l’Unité, qui coexiste avec une structure sociale restée très traditionnelle et marquée notamment par l’empreinte du tribalisme.

Il se différencie aussi des autres pays de la péninsule du fait que ses revenus pétroliers restent modestes et ne permettent pas de compenser son état de sous-développement.

À propos de l’auteur

Spécialiste du monde arabe (1932-2005), Rémy Leveau s’était fait connaître avec Le Fellah marocain défenseur du trône, une analyse du régime d’Hassan II parue en 1976.

Ancien directeur du Centre français d’études yéménites (Sanaa) et du département scientifique des études contemporaines à l’Institut français du Proche-Orient (Beyrouth), Frank Mermier est actuellement directeur de recherche au CNRS (LAU-IIAC).

Udo Steinbach est un Allemand spécialiste de l’islam. Il a dirigé de 1976 à 2007 le German Orient Institute.


3. Juifs et musulmans au Yémen – De l’avènement de l’islam à nos jours (Yosef Yuval Tobi)

Juifs et musulmans au Yémen - De l'avènement de l'islam à nos jours (Yosef Yuval Tobi)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Présents au Yémen avant l’apparition de l’islam, les Juifs y auraient même fait souche depuis l’époque biblique, bien avant la rencontre légendaire entre le roi Salomon et la reine de Saba. Aujourd’hui, les derniers Juifs du Yémen luttent pour leur survie.

Dans l’Antiquité, les Juifs du Yémen sont intégrés dans la population locale, dont ils ont adopté la langue et les mœurs. Ils ont réussi à « judaïser » leurs voisins et on leur attribue l’introduction de l’agriculture, de l’irrigation, de l’orfèvrerie ou de la métallurgie.

Au VIIe siècle, l’expansion de l’islam se déroulant vers l’ouest, le Yémen est relégué au rang de province éloignée. Les califes de Bagdad n’y exercent aucun pouvoir réel, le laissant aux mains de chefs religieux indépendants, sunnites ou chiites, ayant à cœur de soustraire leur population ― Juifs compris ― à toute influence étrangère.

Ainsi ce pays est-il resté, du début de l’ère islamique jusqu’au XXe siècle, figé dans des structures et des modes de fonctionnement quasi immuables, ceux d’une société hiérarchisée dans laquelle les Juifs occupent le bas de l’échelle sociale.

A partir de sources hébraïques, arabes et européennes, Yosef Yuval Tobi explique la place à part occupée par les Juifs yéménites en terre d’Islam et retrace leur longue histoire dans ce pays, qui s’acheva dans la douleur de l’exode au lendemain de la création de l’Etat d’Israël.

À propos de l’auteur

Yoseph Yuval Tobi, professeur émérite de l’Université de Haïfa, est né à Jérusalem de parents originaires du Yémen. Spécialiste de littérature hébraïque médiévale, il a consacré une bonne partie de ses travaux au Yémen et à l’histoire politique et culturelle des juifs de ce pays.


4. Pleure, ô reine de Saba ! Histoires de survie et d’intrigues au Yémen (Khadija Al-Salami, Charles Hoots)

Pleure, ô reine de Saba ! Histoires de survie et d'intrigues au Yémen (Khadija Al-Salami, Charles Hoots)

Disponible sur Amazon

Femme au caractère bien décidé, Khadija al-Salami a été formée à la rude école des décapitations publiques et des roquettes qui fauchent des innocents. Dans une société maîtrisée par les hommes, elle a su se faire une place, exister, être respectée au point de représenter aujourd’hui son pays à l’étranger.

C’est sa vie qu’elle nous raconte ici. Enfance pauvre à San’â dans les années 1960, études suivies avec acharnement, bourses pour l’étranger, travail à la télévision yéménite.

Au fil de moments burlesques dans les villages de montagne ou de dettes de sang réglées en territoire bédouin, le lecteur deviendra familier d’un pays fort méconnu, de son peuple et de son histoire, tout en frémissant sur le destin des petites filles qu’on marie à onze ans, ou en lisant l’épisode du viol d’une jeune femme qui la condamne à mort.

Les hommes ne sont pas absents, avec leurs querelles personnelles finissant en conflits tribaux, les vengeances entre familles qui jouent un rôle dans la politique nationale.

Pour introduire un personnage dans son récit, homme politique notoire ou parent éloigné, Khadija al-Salami évoque les imams bornés, mais aussi la prise de position du Yémen dans le conflit irakien, en passant par le marxisme du Yémen-du-Sud, la révolution des années 1960, l’intervention de Nasser au Yémen et le jeu des puissances occidentales.

Le cadre, somptueux ou âpre, est celui d’un pays qui en a fait rêver plus d’un : maisons superbes de San’â, villages perchés, plaine étouffante de la Tihâma, et le désert des environs de Ma’rib, là où vivait la reine de Saba.

À propos de l’auteur

Née en 1966, Khadija aï-Salami vit actuellement à Paris où elle est directrice du Centre communication et culture du Yémen. Réalisatrice de films documentaires, elle a été remarquée pour son engagement, avec Une étrangère dans sa ville, au Festival international du film sur les droits humains de Genève, en 2005, film récompensé par plusieurs prix internationaux.

Pleure, ô reine de Saba ! est son premier livre, écrit en collaboration avec son mari, Charles Hoots.


5. La mouvance zaydite dans le Yémen contemporain – Une modernisation avortée (Samy Dorlian)

La mouvance zaydite dans le Yémen contemporain - Une modernisation avortée (Samy Dorlian)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Avec la révolution du 26 septembre 1962, le Yémen du Nord a vu naître la première république de la péninsule Arabique qui a mis fin au long imamat chiite zaydite caractérisé par le primat politico-religieux des descendants du prophète Muhammad : les sâda.

Lors de l’unification du pays en 1990, cette mouvance a tenté un virage réformiste et modernisateur, freiné avec la guerre de Saada (2004-2010). La réactivation des enjeux identitaires lors des événements de 2011 a confirmé l’espoir déçu d’une relance modernisatrice.

À propos de l’auteur

Samy Dorlian, chargé de cours à l’Ecole Normale Supérieure (Paris-Ulm), a effectué plusieurs enquêtes de terrain au Yémen clans le cadre de sa thèse de doctorat qu’il a soutenue en janvier 2011 à l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence.

Ses recherches portent sur les enjeux politiques, doctrinaux et identitaires du zaydisme contemporain, et plus largement sur l’histoire des idées politiques dans le monde arabe (XIXe-XXIe siècle).

error: Contenu protégé