Les 5 meilleurs livres sur l'histoire de l'Autriche

Les 5 meilleurs livres sur l’histoire de l’Autriche

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur l’histoire de l’Autriche.


1. Histoire de l’Autriche – De l’empire multinational à la nation autrichienne (XVIIIe-XXe siècles) (Paul Pasteur)

Histoire de l’Autriche – De l’empire multinational à la nation autrichienne XVIIIe XXe siècles Paul Pasteur

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

L’Autriche ? Ce terme renvoie à un territoire à géométrie variable, de la monarchie des Habsbourg à l’actuelle petite république alpine. Vue également à travers ses célébrités, de Marie-Thérèse à Sigmund Freud, son image est déformée, idéalisée avec ses valses, Sissi ou la Vienne fin de siècle mais aussi souvent diabolisée : prison des peuples, regroupement d’antisémites et d’anciens nazis notoires.

Le présent ouvrage veut prendre en considération plusieurs histoires : celle de l’empire multinational et de ses différentes composantes, le processus de mise en place d’un État moderne, d’un État de Droit puis d’un État constitutionnel, cela dans un rapport toujours difficile à la démocratie.

Se dégageant des représentations diverses pouvant imprégner l’inconscient collectif, l’auteur présente les résultats des recherches récentes en matière d’histoire économique, d’histoire politique, d’histoire sociale et d’histoire du genre, ce qui lui permet ainsi de mieux revenir sur les permanences et les contradictions de l’histoire de ce pays.

À propos de l’auteur

Paul Pasteur est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen.


2. La saga des Habsbourg (Jean des Cars)

La saga des Habsbourg Jean des Cars

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

S’il est une dynastie qui incarne l’Europe, c’est elle. La prodigieuse destinée des Habsbourg commence au XIe siècle et prend son véritable essor en 1273, lorsque le comte Rodolphe de Habsbourg, à la surprise générale, est élu empereur du Saint Empire romain germanique. Le 11 novembre 1918, le descendant de Rodolphe, Charles IV, signe à Schonbrünn sa renonciation à la couronne impériale d’Autriche.

Durant sept siècles, les Habsbourg ont dominé une grande partie de l’Europe, du Proche-Orient et de l’Amérique du Sud. Le conquérant Charles Quint, la réformatrice Marie-Thérèse, François-Joseph, sa femme la mythique Sissi et Zita, la souveraine du devoir, sont autant de figures de cette exceptionnelle famille qui a marqué l’Histoire. Leur disparition marque l’écroulement de tout un monde, mais leur nom reste porteur de rayonnement artistique, de grandeur politique et d’identité européenne.

L’auteur a consulté les archives, visité tous les hauts lieux de la dynastie et recueilli le témoignage de l’impératrice Zita et de l’archiduc Otto de Habsbourg.

À propos de l’auteur

Jean des Cars, qui fut journaliste à Paris-Match et à Jours de France, s’est fait l’historien des grandes dynasties d’Europe et de leurs plus illustres représentants.

Parmi ses grands succès : Eugénie, la dernière impératrice ; Sissi ou la Fatalité ; Rodolphe et les secrets de Mayerling ; La Saga des Romanov ; La Saga des Habsbourg ; La Saga des Grimaldi et La Saga des Windsor.


3. Histoire de Vienne (Jean-Paul Bled)

Histoire de Vienne Jean Paul Bled

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Ville princière, puis résidence des Habsbourg, Vienne s’affirme dès la Contre-Réforme comme l’un des grands pôles européens. Le péril turc repoussé, elle devient un foyer de l’art baroque: églises somptueuses, imposants palais de l’aristocratie, Chancellerie de Bohême manifestent avec éclat la puissance de la dynastie. Bientôt, le château de Schönbrunn est aménagé afin de permettre à la monarchie d’y déployer ses fastes.

Après les conquêtes napoléoniennes, Vienne retrouve la gloire en accueillant les congrès qui réorganisent l’Europe. Commence alors l’époque Biedermeier, qui accompagne les débuts de l’ère industrielle et l’essor de la grande bourgeoisie. Un nouvel art de vivre apparaît, plus sobre, à l’image de ces intérieurs où les Viennois recherchent le  » bien-être « ; c’est le triomphe de la valse, des guinguettes du Prater et du Theater an der Wien.

En 1848, la ville s’embrase, contraignant Ferdinand Ier à abdiquer en faveur de François-Joseph. Le jeune empereur, qui prend la tête d’un empire réunissant cinquante millions de sujets de onze nationalités, veut donner à sa capitale un visage conforme à son rang. En quelques années, le prestigieux Ring s’élève à la place des anciens remparts tandis que d’innombrables bâtiments officiels en font la vitrine de la monarchie habsbourgeoise.

Musiciens et écrivains en ont fait depuis longtemps la capitale des arts; à la fin du siècle, Klimt, Otto Wagner et bien d’autres artistes fulminent contre les artifices de la Vienne libérale et lancent le mouvement de la Sécession. La culture viennoise entre dans la modernité. Elle est inséparable des cafés: Schnitzler, Hofmannsthal et Karl Kraus se retrouvent au Griensteidl; au café de l’hôtel Impérial, on croise Rilke, Freud et Mahler; Berg, Kokoschka, Schiele comptent parmi les familiers du Museum…

Au crépuscule du siècle, les affrontements entre les déçus du libéralisme et la montée de l’antisémitisme annoncent les heures sombres. Le cortège funéraire du vieil empereur qui s’éteint en 1916 préfigure l’enterrement de la monarchie. Au lendemain de la Première Guerre, Vienne n’est plus que la capitale d’un petit Etat en quête de son identité. Première victime des Nazis, il lui faudra bien des années pour se relever de ses ruines, immortalisées par Le Troisième Homme.

À propos de l’auteur

Jean-Paul Bled est directeur du Centre d’études germaniques de Strasbourg et professeur à l’université de Paris-IV Sorbonne. Il est l’auteur, entre autres, de François-Joseph (Fayard, 1987).


4. Elisabeth d’Autriche (Brigitte Hamann)

Elisabeth d’Autriche Brigitte Hamann

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Impératrice d’Autriche-Hongrie, la monarchie la plus autoritaire et la plus compassée qui fût en Europe, elle haïssait l’étiquette et se disait démocrate; Bavaroise d’origine et autrichienne par son mariage avec François-Joseph, elle n’aimait que la Hongrie; censée animer la Cour et rehausser l’éclat de Vienne, elle vivait le plus souvent à la campagne ou dans de lointains séjours méditerranéens.

Elle ne manifesta qu’indifférence pour l’Empire (sauf quand il s’agissait de la Hongrie), fut une épouse distante et négligea son seul fils, le prince héritier Rodolphe, dont la mort dramatique ne la toucha pas plus que celle de plusieurs autres proches. Martyrisant son corps par d’extravagants régimes alimentaires et d’épuisants exercices de gymnastique afin d’être toujours plus belle, elle était insensible aux hommes et ne cherchait à plaire qu’à elle-même.

Rarement personnage officiel aura autant revendiqué le droit de vivre sa vie, et le XIXe finissant fut peut-être la période de l’Histoire qui s’y prêtait le moins, et pourtant elle ne cultiva ni le plaisir ni le devoir. Intolérables furent ses frustrations, terrible fut sa solitude, bien peu réconfortantes furent les consolations que lui procurèrent les exercices de plein air et les milliers de vers gauchement imités de Heine qu’elle composait.

Certes, voilà un destin pathétique, mais combien loin des clichés douceâtres complaisamment distillés depuis bientôt cent ans sur une femme prise à tort pour une héroïne romantique !

C’est grâce à une fantastique érudition, des milliers de lettres ont été dépouillées, des dizaines de journaux intimes consultés, des centaines de poèmes inédits analysés, que l’historienne autrichienne Brigitte Hamann est parvenue pour la première fois à faire le portrait véridique de la légendaire Sissi.

À propos de l’auteur

Brigitte Hamann, née Brigitte Deitert le 26 juillet 1940 à Essen et morte le 4 octobre 2016 à Vienne, est une écrivain et historienne autrichienne.


5. L’agonie d’une monarchie – Autriche-Hongrie : 1914-1920 (Jean-Paul Bled)

L’Agonie d’une monarchie - Autriche-Hongrie : 1914-1920 (Jean-Paul Bled)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Bâti sur les décombres de l’Europe napoléonienne, l’Empire austro-hongrois semblait, en 1914, l’une des puissances les plus solides du continent. Six ans plus tard, la monarchie habsbourgeoise agonise : l’Autriche-Hongrie ne survit pas à la Première Guerre mondiale.

C’est à la suite de l’assassinat de son prince héritier François-Ferdinand que le vieil empereur François-Joseph s’est laissé entraîner dans la guerre, aux côtés de l’Allemagne. Déchiré entre des nationalités différentes, des religions antagonistes, véritable tour de Babel linguistique, l’empire n’a pas supporté le choc. Cinq ans après Sarajevo, ce sont cinq pays nouveaux, fondés sur le principe des nationalités, qui remplacèrent la Double Monarchie.

Jean-Paul Bled, qui est le meilleur spécialiste français de l’Autriche-Hongrie, retrace avec minutie l’agonie d’une monarchie qui n’a pas su s’adapter aux temps nouveaux en dépit des atouts non négligeables qu’elle détenait. Cette page capitale de l’histoire de l’Europe n’a jamais été racontée dans son ensemble.

À propos de l’auteur

Professeur émérite à l’université de Paris-IV Sorbonne, Jean-Paul Bled est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne du XVIIIe au XXe siècle : François-Joseph (1987), Marie-Thérèse d’Autriche (2001), Histoire de la Prusse (2007), Bismarck (2010), et François-Ferdinand d’Autriche (Tallandier, 2012).

error: Contenu protégé