Les 5 meilleurs livres sur l'histoire des Antilles

Les 5 meilleurs livres sur l’histoire des Antilles

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur l’histoire des Antilles.


1. Histoire des Antilles françaises (Paul Butel)

Histoire des Antilles françaises (Paul Butel)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Voici la seule histoire complète des Antilles disponible en poche. Elle s’ouvre sous Louis XIII par la saga des pionniers fondateurs, à la fois explorateurs et entrepreneurs – ils acclimatent le coton, le sucre, le café, l’indigo et organisent le négoce –, mais tout autant exploiteurs, négriers, adversaires déterminés des Indiens.

Cette histoire est également, de la révolte des esclaves en août 1791 jusqu’à la départementalisation de 1946, une longue quête de la citoyenneté, régulièrement contrariée par exemple sous Napoléon Ier, écrite dans le sang des travailleurs et des combattants des deux guerres mondiales, mais aussi – comme en 1848 avec l’abolition de l’esclavage – remplie d’espoir.

À propos de l’auteur

Paul Butel, agrégé d’histoire, docteur ès lettres, est professeur émérite d’histoire moderne à l’Université de Bordeaux.

Il est l’auteur, notamment de : L’Economie française au XVIIIe siècle ; Les Caraïbes au temps des flibustiers ; L’Histoire du thé et, chez Perrin : Les Dynasties bordelaises, de Colbert à Chaban ; L’Opium, histoire d’une fascination et Histoire de l’Atlantique, de l’Antiquité à nos jours.


2. L’amère patrie – Histoire des Antilles françaises au XXe siècle (Jacques Dumont)

L'amère patrie - Histoire des Antilles françaises au XXe siècle (Jacques Dumont)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

En 2009, les grandes grèves qui ont secoué la Guadeloupe et la Martinique ont surpris journalistes comme politiques en métropole, révélant ainsi la méconnaissance de ces îles. Tenues à l’écart de l’histoire coloniale, ces anciennes colonies sucrières ont pourtant eu un destin très singulier dans l’empire français.

En 1848, avec l’abolition de l’esclavage, les Antillais sont déclarés citoyens français, mais l’acquisition de la liberté ne change en rien leur quotidien. À partir du retour de la République en 1870, c’est la revendication de l’égalité qui scande l’histoire des Antilles françaises.

Elle est portée par une bourgeoisie de couleur qui souhaite se conformer au modèle de civilisation incarné par la mère patrie. Cette quête paraît aboutir en 1946, quand la Guadeloupe et la Martinique deviennent des départements français.

Pourtant, la véritable égalité, notamment sociale et économique, est sans cesse différée. Les solutions proposées, souvent perçues comme discriminantes, renforcent le sentiment des Antillais d’être des laissés-pour-compte de la République.

En se fondant sur un travail d’archives considérable et sur la connaissance intime qu’il a de ces îles, Jacques Dumont montre comment les revendications politiques se sont peu à peu déplacées sur le terrain de l’identité culturelle, creusant encore le malentendu entre les Antilles et la métropole.

En retraçant la montée des désillusions, tout au long du XXe siècle, en Guadeloupe et en Martinique, il comble une lacune majeure de notre histoire.

À propos de l’auteur

Docteur en histoire, Jacques Dumont est professeur des universités en Guadeloupe. Ses travaux portent sur l’histoire culturelle et sociale des Antilles et de la Caraïbe au XXe siècle.


3. Les Européens et les Antilles : XVIIe siècle – début XVIIIe siècle (Bernard Michon)

Les Européens et les Antilles : XVIIe siècle - début XVIIIe siècle (Bernard Michon)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

L’ouvrage apporte d’une part des contributions sur la manière dont les principales puissances européennes ont lutté dans l’espace antillais pour imposer leur domination.

D’autre part, grâce à une étude plus poussée autour du cas français, les liens entre la métropole et ses colonies de la Caraïbe sont questionnés sous différents aspects : la colonisation et la mise en valeur des territoires, le ravitaillement et la défense des îles, sans oublier les échanges inter-coloniaux.

L’originalité du volume repose sur la période considérée – un long XVIIe siècle –, époque de la montée en puissance des Antilles qui a fait l’objet de moins de travaux que le siècle suivant, marqué par l’apogée des colonies de plantations esclavagistes.

À propos de l’auteur

Aucune information disponible.


4. Un monde créole – Vivre aux Antilles au XVIIIe siècle (Annick Notter, Erick Noël)

Un monde créole - Vivre aux Antilles au XVIIIe siècle (Annick Notter, Erick Noël)

Disponible sur Amazon

Après un éclairage sur ce qui motive l’installation dans les îles à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, l’ouvrage aborde la période d’épanouissement de la société créole dans ses aspects sociaux, économiques et matériels, son lien avec la métropole et ses conséquences dans la vie quotidienne.

Le choc de la Révolution, l’abolition et les révoltes qui bouleversent cet univers, la reconstruction mise en œuvre selon des modalités propres à chaque île achèvent cette exploration.

L’abondante illustration permet d’aborder des environnements variés (Martinique, Guadeloupe, Saint-Domingue), les plantations de différentes cultures (canne à sucre bien sûr mais aussi café ou indigo) et les relations sociales internes aux îles à travers des documents peu connus ou inédits.

Destiné à un large public, l’ouvrage concilie l’exigence scientifique de ses auteurs avec des textes accessibles et éclairants.

À propos de l’auteur

Annick Notter est conservatrice de Musées d’Art et d’Histoire.

Erick Noël est maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Nantes.


5. Histoire générale des Antilles et des Guyanes (Jacques Adélaïde-Merlande)

Histoire générale des Antilles et des Guyanes (Jacques Adélaïde-Merlande)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Dans cet ouvrage, le premier du genre en langue française, Jacques Adelaïde Merlande, agrégé d’histoire, maître de conférences à l’Université des Antilles-Guyane, traite de l’histoire des Antilles et des Guyanes, de la période dite précolombienne à nos jours.

Dans les Grandes Antilles, les Arawaks disparaissent sous le choc de la colonisation espagnole ; dans les Petites Antilles, Anglais, Français, Néerlandais, voire Danois s’installent à partir du XVIIe siècle, non sans d’âpres heurts qui se poursuivront au XVIIIe siècle.

L’économie coloniale, fondée sur des cultures d’exportation, dont la principale est la canne à sucre entraîne un développement de l’esclavage alimenté par la traite des noirs. Le système est mis en cause, dès l’époque de la Révolution française (révolte des esclaves de la partie occidentale de Saint-Domingue, puis indépendance d’Haïti), et surtout au XIXe siècle (émancipation des esclaves, transformations économiques).

L’histoire contemporaine des Antilles et des Guyanes est marquée notamment par l’influence des Etats-Unis, l’accession à l’indépendance de plusieurs colonies européennes, s’ajoutant aux indépendances déjà plus anciennes de Haïti, de la République Dominicaine, de Cuba. A l’immigration forcée (traite) contractuelle, ou libre des XVIIe-XVIIIe siècles succède une émigration contemporaine en direction des anciennes métropoles, et de l’Amérique du Nord.

Les nombreux travaux que Jacques Adelaïde Merlande, par ailleurs membre fondateur de l’Association des historiens de la Caraïbe, a consacrés à l’histoire des Antilles et des Guyanes lui ont permis d’élaborer une synthèse de cette histoire, qu’il a voulu accessible à un large public.

À propos de l’auteur

Jacques Adélaïde-Merlande est un historien français, né le 1ᵉʳ juin 1933 à Fort-de-France en Martinique. Ancien maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, dont il fut le président de 1972 à 1977, il est l’actuel président de la Société d’histoire de la Guadeloupe.

error: Contenu protégé