Les 5 meilleurs livres de Diderot

Les 5 meilleurs livres de Diderot

Denis Diderot, né le 5 octobre 1713 à Langres et mort le 31 juillet 1784 à Paris, est un écrivain, philosophe et encyclopédiste français des Lumières, à la fois romancier, dramaturge, conteur, essayiste, dialoguiste, critique d’art, critique littéraire et traducteur.


1. Jacques le Fataliste

Jacques le Fataliste (Denis Diderot)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Deux personnages déambulent en philosophant. On ne sait qui ils sont. On ne sait d’où ils viennent. On ne sait où ils vont. Tout ce que l’on sait, c’est que l’un est le maître de l’autre. Bientôt on se demandera lequel…


2. La Religieuse

La Religieuse (Denis Diderot)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Publié sans nom d’auteur, interdit il y a quelques années au cinéma, La Religieuse fait toujours scandale ; or, ce livre, disait Montherlant, « est à peine licencieux et n’est pas du tout frivole mais au contraire très grave ».

Inspiré par une histoire vécue, Diderot imagine que la religieuse Suzanne Simonin raconte ses mésaventures en 1760. Spoliée de sa dot, elle séjourne dans trois couvents successifs. La première supérieure est cupide, la deuxième est ascétique, la troisième est d’une sensualité éperdue qui fait vivre tout le couvent en fête.

Diderot décrit ce qui arrive lorsqu’on contredit « la pente générale de la nature ». « Je ne crois pas qu’on ait écrit une plus effroyable satire des couvents », disait-il. La Religieuse est aussi et surtout une chaleureuse apologie de la liberté individuelle.


3. Supplément au voyage de Bougainville

Supplément au voyage de Bougainville (Denis Diderot)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Les Tahitiennes sont fières de montrer leur gorge, d’exciter les désirs, de provoquer les hommes à l’amour. Elles s’offrent sans fausse pudeur aux marins européens qui débarquent d’un long périple.

Dans les marges du récit que Bougainville a donné de son voyage, Diderot imagine une société en paix avec la nature, en accord avec elle-même. Mais l’arrivée des Européens avec leurs maladies physiques et surtout morales ne signifie-t-elle pas la fin de cette vie heureuse ?

Entre l’information fournie par Bougainville et l’invention, Diderot fait dialoguer deux mondes, mais il fait surtout dialoguer l’Europe avec elle-même. Il nous force à nous interroger sur notre morale sexuelle, sur nos principes de vie, sur le colonialisme sous toutes ses formes. Il nous invite à rêver avec lui à un paradis d’amours impudiques et innocentes.

La petite île polynésienne ne représente-t-elle pas la résistance à toutes les normalisations ?


4. Le Neveu de Rameau

Le Neveu de Rameau (Denis Diderot)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal… » Et celui que Diderot rencontre ce jour-là est le neveu du célèbre musicien Jean-Philippe Rameau.

Les voilà réunis au Café de la Régence, au milieu des buveurs et des joueurs d’échecs, et l’entretien entre LUI et MOI est une satire qui ne ménage pas les puissants du jour, financiers aussi bien qu’adversaires de l’Encyclopédie.

Et cette vigueur polémique est pour beaucoup dans le charme étrange de ce dialogue où Diderot égrène les idées, les jeux de mots, les anecdotes, les formules et les aperçus sur tous les sujets, dans un entretien libre et jaillissant, pétillant de verve et d’ironie.


5. Les Bijoux indiscrets

Les Bijoux indiscrets (Denis Diderot)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

«Vous voyez bien cet anneau, dit-il au sultan ; mettez-le à votre doigt, mon fils. Toutes les femmes sur lesquelles vous en tournerez le chaton raconteront leurs intrigues à voix haute, claire et intelligible : mais n’allez pas croire au moins que c’est par la bouche qu’elles parleront. -Et par où donc, ventre-saint-gris ! s’écria Mangogul, parleront-elles donc ?

-Par la partie la plus franche qui soit en elles, et la mieux instruite des choses que vous désirez savoir, dit Cucufa ; par leurs bijoux.

-Par leurs bijoux, reprit le sultan, en éclatant de rire : en voilà bien d’une autre. Des bijoux parlants ! cela est d’une extravagance inouïe.

-Mon fils, dit le génie, j’ai bien fait d’autres prodiges en faveur de votre grand-père ; comptez donc sur ma parole. Allez, et que Brama vous bénisse. Faites un bon usage de votre secret, et songez qu’il est des curiosités mal placées.»

Cela dit, le cafard, hochant de la tête, se raffubla de son capuchon, reprit ses chats-huants par les pattes, et disparut dans les airs.

error: Contenu protégé