Les 5 meilleurs livres sur l'histoire de la Roumanie

Les 5 meilleurs livres sur l’histoire de la Roumanie

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur l’histoire de la Roumanie.


1. La Roumanie – Un pays à la frontière de l’Europe (Lucian Boia)

La Roumanie - Un pays à la frontière de l'Europe (Lucian Boia)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

À première vue, la Roumanie est un pays déroutant. Peuple latin, mais dont la langue a évolué indépendamment des autres membres de la famille romane, englobant de nombreux éléments slaves et orientaux. Mosaïque de régions, chacune avec son histoire, qui ont fini par se fondre dans une nation.

Une permanente condition de frontière, en marge des grands ensembles politiques et de civilisation du continent. Attitudes contrastées de repli sur soi et d’ouverture vers les autres. Une société prépondérément paysanne brisée par le communisme et reconstruite sur un autre plan. Réapprentissage difficile de la démocratie et de l’économie de marché, et une marche lente, mais effective vers l’intégration européenne…

Le lecteur français devra aussi se rappeler que ce pays a été et reste un des plus francophones et francophiles de l’Europe. Ce n’est pas par hasard que Bucarest a été surnommé le petit Paris.

Lucian Boia, qui a inauguré un courant novateur dans l’historiographie contemporaine, nous donne ici la première véritable histoire de la Roumanie et nous explique pourquoi la Roumanie est ce qu’elle est, c’est-à-dire un pays si différent des autres.

À propos de l’auteur

Lucian Boia, historien, professeur à l’université de Bucarest, est auteur de nombreux ouvrages publiés en France, consacrés notamment à l’histoire des idées et de l’imaginaire.

Dernières parutions aux Belles Lettres : L’Occident. Une interprétation historique (2007), Napoléon III, le mal-aimé (2008) ainsi que Hégémonie et Déclin de la France (2009).


2. Histoire de ma vie – Marie, reine de Roumanie, 1875-1918 (Marie de Roumanie)

Histoire de ma vie - Marie, reine de Roumanie, 1875-1918 (Marie de Roumanie)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

« Aucune autobiographie n’est aussi étrange, ni, à certains égards, aussi intéressante que l’Histoire de ma vie de Marie, Reine de Roumanie, parmis celles parues cet automne » écrivait Virginia Woolf dans un compte rendu publié en 1934 par l’hebdomadaire politique et littéraire londonien Time and Tide.

Fille du prince Alfred, duc d’Édimbourg (et donc petite-fille de la reine Victoria) et de la princesse Maria Alexandrovna de Russie (et donc petite-fille du tsar Alexandre II), Marie épouse en 1893 le prince héritier de Roumanie, Ferdinand. Elle deviendra reine de Roumanie en 1914 et s’engagea aussitôt comme infirmière pour la Croix-Rouge.

Après son enfance et sa jeunesse à la cour d’Angleterre et de Russie, Marie évoque son projet de fiançailles avec le futur roi d’Angleterre George V et son mariage puis sa vie de jeune héritière du trône de Roumanie, où vie de famille, mondanités et politique s‘entrecoupent dans un tourbillon assourdissant.

Par la suite elle représenta la Roumanie au traité de Versailles. Veuve en 1927, elle se consacre alors à l’écriture et à la rédaction de ses mémoires. Elle mourut en 1938.

À propos de l’auteur

Marie Alexandra Victoria d’Édimbourg, née le 29 octobre 1875 à Eastwell et morte le 18 juillet 1938 à Sinaia, est un membre de la famille royale britannique, devenue par mariage reine consort de Roumanie.


3. La vie quotidienne en Roumanie sous le communisme (Adrian Neculau)

La vie quotidienne en Roumanie sous le communisme (Adrian Neculau)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Les ressorts psychologiques de l’individu dans une société totalitaire ne cessent d’interroger l’intelligence sociale de notre époque. Et cela, d’autant plus que nous nous éloignons de la dernière frontière temporelle traversée en Europe – 1989, cela fait presque vingt ans.

Membre du laboratoire européen de psychologie sociale, Adrian Neculau appréhende les thèmes ayant uni (et désuni) pendant presque cinquante ans les membres de la société roumaine soumise au totalitarisme communiste : la peur au quotidien, l’attitude face aux censures, la représentation de soi-même dans des cadres institutionnels nouveaux et particulièrement rigides, etc.

Toutes les articulations intime/social, ouvert/caché, conformisme/non conformisme sont éprouvées au long des quinze contributions.  » Les représentations sociales (…) sont une instance intermédiaire entre perception, information, attitude et image « , écrit Adrian Neculau.

Serge Moscovici,  » père des représentations sociales  » nous invite, dans sa préface à découvrir  » dans ces chapitres, passionnants à lire, une sorte de finesse d’analyse qui ne masque pas les faits essentiels, les expériences vécues, qui sont pour la plupart très authentiques « . Et il poursuit : Adrian Neculau  » nous offre un livre qui concerne toutes les sciences humaines et que je propose à chacun de lire « .

À propos de l’auteur

Aucune information disponible.


4. La Roumanie des années trente – De l’avènement de Carol II au démembrement du royaume (1930-1940) (Matthieu Boisdron)

La Roumanie des années trente - De l'avènement de Carol II au démembrement du royaume (1930-1940) (Matthieu Boisdron)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Entre les deux guerres, la Roumanie est une puissance régionale de premier plan en Europe Orientale. Après dix années de relative prospérité, le prince Carol fomente un coup d’Etat. Mettant fin à la Régence, il s’installe sur le Trône en juin 1930, sous le nom de Carol II.

Mais le nouveau roi se heurte vite à de graves difficultés financières et économiques, répercussions de la grande crise de 1929. A ces difficultés s’ajoutent des problèmes politiques majeurs: l’action du roi vis-à-vis des partis (traditionnels ou extrémistes) est largement contestée par la classe dirigeante.

De surcroît, à partir du milieu des années trente, la Roumanie, alliée de la France et membre de la Petite entente, est confrontée aux nouvelles ambitions allemandes en Europe de l’Est. Carol II doit à la fois limiter les risques d’agression de la part des Etats totalitaires et endiguer la violente opposition de l’extrême-droite roumaine. Pour ce faire, il impose sa dictature à partir de 1938.

Dans cette étude, Matthieu Boisdron analyse les différentes étapes du lent effondrement d’un acteur essentiel de l’Europe de l’entre-deux-guerres. Il pose ainsi un regard inédit sur les enjeux politiques qui secouent le royaume roumain au cours de cette cruciale période des années trente, qui voit l’Europe se jeter résolument dans la guerre mondiale.

À propos de l’auteur

Historien et éditeur, Matthieu Boisdron est spécialiste de l’histoire de l’Europe médiane et orientale entre 1919 et 1939.


5. Une vie en Roumanie – De la Belle Epoque à la République populaire (1899-1960) (Jean-Michel Cantacuzène)

Une vie en Roumanie - De la Belle Epoque à la République populaire (1899-1960) (Jean-Michel Cantacuzène)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Comment Georges Mathieu Cantacuzène, architecte, diplômé des Beaux-Arts de Paris, né à Vienne, élevé en Suisse, citoyen d’honneur de la ville de New-York, professeur à l’Université de Bucarest, a-t-il été amené à fuir la police ?

Ayant survécu 6 ans dans les pires prisons de la Roumanie communiste et grièvement blessé dans un camp de forçat, il finira sa vie dans une cellule de moine. A travers sa vie défile l’histoire de la Roumanie, de la Belle Epoque à la République populaire.

À propos de l’auteur

Jean-Michel Cantacuzène est né en Roumanie et s’est définitivement fixé en France en 1947, avec ses parents. Ingénieur chimiste et agrégé de physique,

Docteur ès sciences, sa carrière scientifique l’a conduit à occuper des poster assez divers : professeur à la Faculté des sciences de l’Université de Paris ; directeur scientifique du CNRS ; directeur scientifique de Total ; directeur technique des Ciments français, et aussi conseiller scientifique des ambassades de France à Washington, à Moscou, etc..

Auteur de livres scientifiques, il a également écrit un livre d’histoire familiale Mille ans dans les Balkans (Editions Christian, 1992). Jean-Michel Cantacuzène est officier de la Légion d’honneur, de l’Ordre national du Mérite, grand Croix de l’Ordre national du Mérite de Roumanie et membre de l’Académie des technologies.

error: Contenu protégé