Les 5 meilleurs livres sur l'histoire des Philippines

Les 5 meilleurs livres sur l’histoire des Philippines

Cet article vous présente une sélection de 5 des meilleurs livres sur l’histoire des Philippines.


1. Les Philippines, archipel asiatique et catholique (Pierre de Charentenay)

Les Philippines, archipel asiatique et catholique (Pierre de Charentenay)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Cet ouvrage entend combler un manque : aucun ouvrage n’existe en français sur les Philippines qui tienne à la fois compte de la dimension politique et religieuse des Philippines.

Occupées par des colonisateurs espagnols pendant trois siècles et américains pendant 50 ans, les Philippines s’interrogent sur leur identité. Pays le plus occidentalisé de toute l’Asie en raison de ces longues présences européenne et américaine, seule nation catholique de cet immense continent, l’archipel hésite entre ses racines, celles des indiens des îles tropicales, celles de la colonie espagnole, celles de l’occupation américaine.

Un parcours historique nous dévoilera ces étapes de la construction de l’identité philippine, histoire agitée et torturée comme celle d’un combat permanent, comme celle d’un empilement de couches sociales et culturelles successives qui se recouvrent les unes les autres sans toujours se mélanger, laissant apparaître ici et là les traces des couches précédentes.

À propos de l’auteur

Pierre de Charentenay est docteur en sciences politiques, ancien président du Centre Sèvres et de l’OCIPE à Bruxelles et rédacteur en chef de la revue Etudes (2002-2012).

Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur la doctrine sociale de l’Eglise et l’Europe. Il a fait par deux longs séjours aux Philippines.


2. Philippines contemporaines (William Guéraiche)

Philippines contemporaines (William Guéraiche)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

L’ouvrage explore en profondeur les identités philippines, modelées par l’influence régionale et la place de carrefour que le pays occupe en Asie du Sud-Est, mais aussi par les colonisations successives, espagnole et américaine, le christianisme et l’américanisation.

Cette monographie fait une large place aux auteurs philippins, et a pour ambition de donner des clefs de lecture de la société philippine dans toute sa complexité. Le jeu politique, la structuration sociale et les liens entre certains groupes sociaux forment un cadre original, qui a finalement peu évolué depuis l’indépendance en 1946.

Mais les Philippines sont par ailleurs ouvertes à la mondialisation et à d’autres influences. Philippines contemporaines est un instantané de cette dialectique de changements et continuités.

À propos de l’auteur

William Guéraiche est professeur assistant à l’Université américaine de Dubaï. Il a notamment publié un ouvrage sur Manuel Quezon, premier président philippin.


3. Réforme ou révolution ? Le projet national de Jose Rizal (1861-1896) pour les Philippines (Hélène Goujat)

Réforme ou révolution ? Le projet national de Jose Rizal (1861-1896) pour les Philippines (Hélène Goujat)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Héros national des Philippines, José Rizal naquit dans l’île de Luzon, au sein d’une famille aisée. Il mourut fusillé à Manille en 1896, accusé par les Espagnols d’avoir fomenté l’insurrection qui devait conduire à la rupture de 1898 entre les Philippines et l’Espagne.

Exécuté comme un révolutionnaire dangereux pour l’intégrité de la nation espagnole, érigé en martyr revendiqué par le Katipunan, mouvement séparatiste philippin, jugé à l’aune de ses deux romans : Noli me tangere et El Filibusterimo, il reste considéré comme le chantre du réformisme et de l’assimilationnisme. Mais qui était vraiment le Rizal qui tomba sous les balles espagnoles ?

Ce livre est issu de ce paradoxe politique. Il veut rendre le processus de maturation politique de Rizal face à l’Espagne et définir les contours de son projet national. Outre l’analyse de son parcours politique qui révèle sa continuité intellectuelle, d’autres questions sont examinées : revendication de la culture tagal, rôle du catholicisme, remise en cause du colonialisme.

L’auteur s’attache surtout à resituer les Philippines dans le contexte général de l’Asie du Sud-Est et de l’histoire de l’empire colonial espagnol.

À propos de l’auteur

Hélène Goujat, maître de conférences en espagnol à l’Université d’Angers depuis 2006, enseigne la langue espagnole et la civilisation latino-américaine.

Ses recherches portent sur l’histoire de l’ancien empire colonial espagnol, et plus précisément sur sa variante sud-est asiatique, aux Philippines, dans laquelle la trajectoire, méconnue en France, de José Rizal, considéré comme le père de l’indépendance philippine, brille d’une lumière très particulière qu’elle a souhaité partager ici.

Ouvrage publié avec le concours de l’Université Paris X-Nanterre et du Laboratoire de recherche 3LAM (Langues, Littératures, Linguistique) des Universités d’Angers et du Maine (UER Lettres, Langues et Sciences Humaines).


4. Élites et développement aux Philippines – Un pari perdu ? (Stéphane Auvray, Cristina T. Jimenez-Hallare, Roberto N. Galang Jr)

Élites et développement aux Philippines - Un pari perdu ? (Stéphane Auvray, Cristina T. Jimenez-Hallare, Roberto N. Galang Jr)

Disponible sur Amazon

Après la fin de la seconde guerre mondiale, beaucoup prédisaient aux Philippines un développement rapide. Tout semblait alors réuni pour que se dessine un destin « à la japonaise ».

La colonisation américaine avait ouvert l’accès aux marchés internationaux ; la démocratie avait été établie de façon précoce et les élites, formées à l’étranger, semblaient prêtes à relever tous les paris.

Un demi-siècle plus tard, le bilan est accablant. La croissance de l’Archipel’ est parmi les plus faibles d’Asie du Sud-Est et de larges pans de sa population restent confinés dans la misère.

En étudiant les clanismes et les vices du système politique, les auteurs de cet ouvrage montrent comment les élites ont confisqué le pouvoir et précipité le pays dans une spirale de l’échec dont on voit mal comment il parviendra à’ s’extraire.

À propos de l’auteur

Stéphane Auvray, 30 ans, est établi depuis avril 2000 aux Philippines où il est correspondant de presse indépendant. Il collabore avec le quotidien belge Le Soir et avec Radio France internationale. Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris.

Cristina T. Jimenez-Hallare, 29 ans, est chargée de conférences au département d’histoire de la faculté des sciences sociales, à l’université Ateneo de Manille. Titulaire d’un master en histoire, elle s’intéresse plus particulièrement à la période coloniale américaine aux Philippines.

Roberto N. Galang Jr, 30 ans, est consultant en économie pour le bureau new-yorkais de LECG. Ancien responsable d’un groupe d’experts de l’Asian lnstitute of Management à Manille, il a publié plusieurs études sur la déréglementation en matière énergétique, sur les exportations de produits agricoles et les réformes gouvernementales.


5. Les Philippines (Charles Foubert)

Les Philippines (Charles Foubert)

Disponible sur Amazon Disponible à la Fnac

Le 21 septembre 1972, avec la bénédiction des Etats-Unis, le président Marcos proclamait la loi martiale aux Philippines. Quelle est la signification de ce tournant de l’histoire mouvementée de l’archipel et quelles en ont été les conséquences sur la société philippine ? Le livre de Charles Foubert, pour la première fois, tente de répondre à ces questions et dresse un bilan des luttes actuelles contre la dictature.

A la fin des années soixante, l’émergence d’une nouvelle classe de bureaucrates et de technocrates liés aux intérêts des sociétés multinationales provoquait la crise du système politique, en même temps qu’un vaste mouvement populaire secouait les fondements de la société.

Le régime autoritaire instauré par le président Marcos vise à assurer un modèle de « développement » déjà esquissé par les voisins asiatiques : Singapour, Taïwan et Corée du Sud. Ce modèle consiste essentiellement à offrir aux investissements étrangers les conditions d’accueil les plus favorables : exploitation intense de toutes les richesses naturelles du pays, maintien des salaires à un niveau extrêmement bas et, bien sûr, dépolitisation totale de la société.

Cet ouvrage parle aussi des changements sociaux en fermentation dans les Philippines d’aujourd’hui. Même si la situation géopolitique ne leur est pas favorable, on assiste, vingt ans après la dramatique défaite des Huks, à une croissance inattendue des forces de la résistance et des sympathies qu’elles s’attirent dans tous les secteurs de la population : paysans dépossédés de leur terre, travailleurs des zones franches, chrétiens qui constituent la majorité sociologique dans le pays, minorités ethniques opprimées de Luzon et de Mindanao, bidonvillois de Manille…

À propos de l’auteur

Aucune information disponible.

error: Contenu protégé